Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 05:02
No-poo: la cure de sébum. Test et avis.

Attends, attends, ne fais pas cette tête dégoûtée, je t'explique d'abord.

 

Je pratique le no-poo depuis un an: je les lave, mais pas avec des shampooings. Avec du shikakai. Je t'en ai déjà parlé pas mal de fois.

 

J'ai intégré des groupes et des forums où chacun parle de ses expériences, de ses recettes, car ce qui marche bien pour l'un pourra être catastrophique pour l'autre.

 

J'ai appris que certains faisaient la "cure de sébum".

Pour bien expliquer, il faut d'abord comprendre ce qu'est le sébum.

 

Qu'est-ce que le sébum?

 

Loin d'être du gras indésirable produit on ne sait pourquoi par notre cuir chevelu, le sébum est en fait ce que fabrique notre corps pour soigner nos cheveux. A la fois hydratant et nourrissant, il est censé les maintenir en bonne santé, aussi beaux et sains que possible.

A condition de le maîtriser...ce que les shampooings du commerce ne permettent pas, bien au contraire. Une fois que tu as admis que ton corps est en général auto-suffisant sur pas mal de points, pour peu de le laisser faire et de lui donner un coup de main dans le bon sens, tu as fais le plus gros.

Les shampooings qu'on te vend décapent le sébum et ont pour conséquence, soit d’assécher les cheveux privés de leur soin naturel, soit de dérégler la production des glandes sébacées et le résultat ne se fait pas attendre: plus tu laves, plus ça graisse.

Trop de sébum ou pas assez, telle est la conséquence des shampooings.

Diabolisé par un marketing soucieux d'écouler toujours plus de m...., ce malheureux sébum qui ne voulait que notre bien se retrouve à nous faire la guerre...

Parenthèse sébum refermée.

 

Qu'est ce que la cure de sébum?

 

La cure de sébum consiste à ne pas  laver ni mouiller ni shampooing sec, rien du tout, ses cheveux pendant une durée d'environ un mois. Que du brossage.

Le brossage doit être minutieux et intensif, matin et soir, plus si possible. Environ 4/5 minutes à chaque fois, ce qui est court certes, mais bien plus long que nos coups de brosse habituels.

Ce brossage permet l'élimination des peaux mortes, éventuelles pellicules, poussières et saletés invisibles, et surtout de répartir le fameux sébum sur toute la longueur. Comme j'ai les cheveux plutôt longs et épais, ce n'est pas du luxe. Sinon je pense que jamais le sébum n'arriverait aux pointes.

 

Quels sont les bénéfices de la cure de sébum?

 

Le cuir chevelu se détoxifie tout à fait, notamment des produits chimiques et autres dérivés pétroliers qu'on lui a mis dessus pendant des années. Le sébum se régule, sa production s'adapte aux besoin des cheveux. Les cheveux deviennent sains, poussent mieux, plus vite, et ensuite auront encore moins besoin de soins et de lavage. Ils apprennent à s'auto-réguler.

 

Comment j'en suis arrivée à faire la cure de sébum?

 

Ce n'était pas mon but. Je me suis lancée dans le no-poo via le shikakai pour avoir de plus beaux cheveux, le reste me laissait un peu de marbre. Au début je les lavais avec la même fréquence qu'avec mes shampooings. Au fur et à mesure, sans que je force, ils ont eu de moins en moins besoin d'être lavés. De trois fois par semaine à deux, puis une fois par semaine, puis une fois tous les dix jours...j'en étais arrivée à ne me les laver que tous les 15 jours, et crois moi, ils étaient propres.

Un jour je n'ai pas pu les laver le jour J, ni le lendemain, ni le surlendemain...je suis arrivée à 19 jours. Ils n'étaient pas du tout dégueulasses, visuellement ils étaient encore très bien. Alors je me suis dit que j'allais tenter cette cure, c'était trop bête de ne pas essayer de finir le mois.

Donc voilà, j'ai passé 32 jours exactement sans me laver les cheveux. J'ai pu les lâcher jusqu'au dernier jour, ils n'étaient vraiment pas crades. Je demandais tous le temps à l'homme qui me le confirmait. Pas d'odeurs intempestives non plus.

Ce que j'ai vraiment apprécié, c'est l'effet sur deux mèches du dessous. Ces mèches sont très épaisses et indisciplinées, du crin, ou de la paille, au choix. Quoi que je fasse ou que je leur mette dessus, elles sont vraiment affreuses. Eh bien là, domptées, douces et souples, comme jamais....

 

Quels sont les inconvénients?

 

A partir de 21 jours j'ai ressenti des petites démangeaisons et j'ai vu apparaitre quelques pellicules, moi qui n'en n'ai jamais. Mais un bon coup de brosse arrangeait ça en une seconde. Je n'ai eu aucun souci à tenir la distance.

 

 

Je pense que mon cuir chevelu était bien détoxifié dejà, depuis un an de no-poo, ce qui a rendu cette cure possible sans douleur.

Sur les photos, mes cheveux n'ont pas été lavés ni mouillés, que brossés, depuis 31 jours.

Je te garantis que j'en suis la première surprise, tu m'aurais dit ça il y a encore un an je t'aurais sans doute traitée de dégeulasse tendance clodo...

 

Mes autres billets no-poo sont ici (fait dérouler, c'est plus bas).

 

 

 

No-poo: la cure de sébum. Test et avis.
No-poo: la cure de sébum. Test et avis.
No-poo: la cure de sébum. Test et avis.
No-poo: la cure de sébum. Test et avis.
No-poo: la cure de sébum. Test et avis.
No-poo: la cure de sébum. Test et avis.

Partager cet article

Repost0
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 07:50

Quelle semaine!

Une de celle dont on se souvient fin décembre, quand on repense à qu'on a vécu pendant l'année écoulée.

D'abord, un chouette anniv'.

 

Mes petits bonheurs #124 et ma semaine en images.

Et puis, en vrac, une chienne qui prend l'air, une grande Pouillette qui a les félicitations, un Cromignon qui a un excellent bilan de fin d'année scolaire, le résultat de ma demande de mutation complètement inespéré et inattendu et une journée en amoureux pour fêter ça. Crois moi, j'ai eu une de ces chances!

Mes petits bonheurs #124 et ma semaine en images.
Mes petits bonheurs #124 et ma semaine en images.
Mes petits bonheurs #124 et ma semaine en images.
Mes petits bonheurs #124 et ma semaine en images.

J'ai pris peu de photos finalement, occupée que j'étais à aller de belle nouvelle en bonne surprise. J'ai aussi eu bien chaud, mangé encore plein d'abricots, de prunes, fait de la confiture et des cookies, vu des copines, commencé à réfléchir à un prénom de...oui, puisqu'on connaît le sexe du petit bébé qui remue fort et bien sous mon nombril.

 

Ma semaine en images et mes petits bonheurs, pour Virginie B., Madame Parle et Maman est au musée.

 

Et toi, ta semaine?

 

 

 

 

Mes petits bonheurs #124 et ma semaine en images.

Partager cet article

Repost0
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 05:41
La petite fièvre devenue grande (BadMother #50)

Ce matin-là, Cromignon ne s'est pas réveillé seul, entre 7h30 et 8h, en entendant son père et sa soeur s'affairer dans la maison.

Je suis allée le lever à 8h10, et il dormait bien profondément, chose rare en semaine.

 

Il était tout à fait normal, de bonne humeur, la pêche.

Il a pris un petit déjeuner correct.

 

Je lui ai caressé les cheveux et l'ai trouvé un chouïa chaud...du lit, sans doutes...ou alors tout simplement parce qu'il fait vraiment chaud ici, en ce moment.

Je lui ai quand même pris sa température.

 

Aïe, 37,9.

J'aime pas 37,9, c'est tangent, ça me laisse le choix.

Je préfère, tant qu'à faire, un bon 38,5 et on n'en parle plus.

 

C'était un lundi. Lundi, c'est le jour où Cromignon termine à 17h au lieu de 16 les autres jours. J'ai tout plein de temps à moi pour...eh bien, dormir...mon activité phare en ce moment.

 

Je me suis dit que si ça empirait, l'école m'appellerait.

Je lui ai donné un petit coup de doliprane et hop, à l'école.

 

Et j'ai vaqué à mes occupations horizontales.

 

Le soir, je suis allée le chercher, confiante.

 

Cromignon était...écarlate, gonflé, et surtout...si brûlant que je n'ai même pas pris sa température, de trouille. Quand ça passe les 40 franchement, je préfère ne pas le savoir, en tous cas pas avant d'avoir filé le medoc et attendu 3/4 d'heure...normalement ensuite c'est descendu.

 

L'école ne m'avait pas appelée, ça avait monté en flèche pendant la sieste, ils ne l'avaient remarqué qu'au réveil et avaient préféré attendre que j'arrive plutôt que m'inquiéter, pour 1/2h.

 

Je suis bad...j'ai mis mon enfant fiévreux à l'école et c'est monté très, très haut!

D'autres {Bad Mother} chez:

 

 

Toi aussi tu es une {Bad Mother}?

Raconte nous!

Un article, un lien vers chez moi, et tu me laisse le lien en commentaire...

Qui sera la pire {Bad Mother} cette semaine?

Partager cet article

Repost0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 05:06
Baby-Bump: 16 semaines inside.

Plus moyen de cacher ce bidon. Pas que le bidon, d'ailleurs.

16 semaines de grossesse et un corps qui s'adapte.

D'ailleurs ce n'est pas sans douleurs; en haut, en bas, mes organes se poussent et je le sens!

 

J'ai toujours quelques nausées, je dois manger régulièrement pour les maîtriser.

J'ai de bonnes grosses migraines. Le doliprane est mon ami.

Ma tension stagne entre 8 et 9, je ne suis bonne qu'à dormir, et regarder des trucs télévisés depuis mon canapé.

La chaleur n'arrange rien. quelques malaises, de temps en temps, me rappellent que le thermomètre monte haut.

 

Heureusement, j'ai une aide ménagère, enfin!

 

Bébé se porte très bien, il gigote pas mal, je sens de petits soubressauts régulièrement, c'est marrant.

Dans 3 semaines il nous entendra pour de vrai, il me tarde...de porter un joli bola!

 

La Pouillette se fait à l'idée, quand je faiblis elle se précipite pour m'aider. Cromignon parle beaucoup du bébé, il emprunte pour lui des livres à la bibliothèque, lors de sa visite hebdomadaire avec son papa. Il joue à avoir, lui aussi, un bébé dans le ventre...et à être fatigué!

Depuis qu'on sait le sexe de bébé, ils sont encore plus contents.

 

Oui, on sait...alors, à ton avis?

 

 

 

 

Baby-Bump: 16 semaines inside.

Partager cet article

Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 05:14
Végétarienne?

Tu remarqueras le point d'interrogation, rien n'est sûr encore. Je ne vais pas crier victoire. Le fait est que je n'ai pas mangé de viande depuis un mois et demi.

Je mange toujours du poisson, des oeufs, du lait...pour le moment en tous cas.

Mais plus de viande.

 

Ma motivation ne date pas d'hier, mais de plusieurs années.

 

Il faut savoir déjà que je ne me considère pas "supérieure" aux animaux. Différente, oui. Mais sans hiérarchie. J'ai des capacités, chaque espèce à les siennes, je ne vaux pas "mieux" que les autres. C'est pour ça que je ne ferais pas opérer ma chienne pour qu'elle n'ait plus de chaleurs. J'ai déjà du mal avec la notion de "possession" d'un autre être vivant, alors de quel droit je lui ferais enlever son utérus pour mon petit confort? Parce que je parle, et que je marche sur deux pattes au lieu de quatre? Ca me semble aussi peu fondé que d'affirmer qu'on peut (r)envoyer des gens vers une vie de misère dans un pays en guerre parce qu'ils ne sont pas nés en France.

 

A la base, c'est la monstruosité de notre chaîne de production agro-alimentaire qui m'a sauté à la figure et m'a donné très envie de ne plus consommer la viande ainsi produite. Poussins broyés, poules au bec coupé qui ne voient jamais le jour, cochons parqués comme des kilos de bidoche sans âme...participer à ça me dégoûte.

 

Au début, j'ai mangé "bio" et "fermier". Je croyais encourager ainsi une production qui garantissait aux animaux une vie "normale".

Mais d'abord, c'est très cher, et surtout, je me suis rendu compte que ces garanties ne me suffisaient pas. En parlant avec des vegans purs et durs, et en allant acheter du poulet dans une ferme bio près de chez moi. Les poules y ont certes de la place, mais quelle vie que celle qui est destinée dès le départ à la consommation, assujettie, programmée...on leur pique leurs bébés, on les parque, on organise leur reproduction...bref. Ca ne me plait pas de les manger. Je peux vivre très bien sans les manger.

 

Pourquoi que maintenant?

Les habitudes alimentaires, les stéréotypes ont la vie dure. Avant de ne plus considérer comme "normal" de manger des animaux morts, il m'a fallu pas mal de réflexion, de discussions, j'ai avancé, reculé, avancé à nouveau...Avant de réaliser que non, ce ne serait pas si compliqué, j'ai eu besoin de temps, de parler, d'exemples. De détricoter tout un schéma mental alimentaire, et c'est loin d'être fini.

 

Voilà, je n'ai pas mangé de viande depuis un mois et demi, et je ne compte plus en manger.

Partager cet article

Repost0
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 10:12
Mes petits bonheurs #123 et ma semaine en images.

Une semaine de repos, pour moi, pendant que le reste des PetitsDiables allait à l'école (l'homme aussi, il est prof je te rappelle!).

 

On a profité de la plage.

 

Admiré notre citronnier.

 

Mangé des kilos d'abricots bien mûrs.

 

Admiré les incroyables effets du no-poo: 15 jours sans shikakai, cheveux encore propres, un truc de dingue.

 

Ah, et l'info cruciale de la semaine: Cromignon fait du vélo sans les petites roues! Oui oui!  Je trouve que 3 ans et demi, c'est vachement tôt, surtout qu'il est hyper à l'aise, il tourne, va doucement, vite, sur des terrains accidentés, en montée, en descente, bref comme si de rien n'était. Je pense qu'on voit les effets de la draisienne.

 

 

Mes petits bonheurs #123 et ma semaine en images.
Mes petits bonheurs #123 et ma semaine en images.
Mes petits bonheurs #123 et ma semaine en images.
Mes petits bonheurs #123 et ma semaine en images.
Mes petits bonheurs #123 et ma semaine en images.
Mes petits bonheurs #123 et ma semaine en images.

 

Ma semaine en images et mes petits bonheurs, pour Virginie B., Madame Parle et Maman est au musée.

 

Et toi, ta semaine?

Partager cet article

Repost0
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 05:15
Les comptines (BadMother #49)

Niveau TV et dessins animés chez les PetitsDiables, on est loin de la moyenne nationale. C'est rare, et peu. Mais ce n'est même pas vraiment par principe, c'est surtout parce qu'on a vraiment autre chose à faire.

 

Quand j'étais pimipare et flanquée d'un bébé Pouillette plus que facile à vivre, j'étais tombée sur une étude inquiétante. Elle montrait que les enfants qui regardent des dessins animés avant d'aller à l'école étaient bien moins concentrés que les autres dans leurs apprentissages, et plus enclins à l'échec scolaire, mais oui. Ca reste des stats, bien sûr.

Les dessins animés n'étaient pas tous égaux, et je me rappelle très bien que celui qui entraînait le plus de problèmes de concentration sur le panel testé, c'était Bob l'Eponge.

J'avoue n'avoir jamais regardé, ni les diablotins, rien que le nom me fout le cafard, mais du coup je ne peux pas juger par moi même...

 

Bref, suite à cette lecture, je me suis promis que jamais au grand jamais ma progéniture ne regarderait les dévastateurs-dessins-animés-du-matin-avant-l'-école. Je n'ai pas retrouvé l'étude en question, dommage.

 

Ma Pouillette a grandi, est resté une grosse dormeuse, jamais eu de soucis le matin pour me préparer tranquillement avant de la réveiller.

Pareil pour Cromignon...jusqu'à aujourd'hui.

 

Maintenant Cromignon se réveille bien plus tôt qu'avant. Et il aime passer du temps avec son père et sa soeur avant qu'eux partent, les premiers. Avant, il se réveillait après leur départ.

 

Cromignon est remuant, Cromignon veut de l'attention. Et le matin à 7h45 avant de partir c'est juste très enquiquinant. Très. Surtout pour la Pouillette avec qui il veut jouer alors qu'elle doit se coiffer et se laver les dents.

 

Un petit dessin animé, ça serait bien efficace pour le faire tenir tranquille le temps d'être dispo...mais tu te souviens, j'ai lu cette étude et j'avais dit: no way!

 

Alors, je fais ma BadMother: je triche! Le matin pendant qu'on s'active, s'il est réveillé, il regarde pendant un bon quart d'heure...des comptines pour enfant!

Quoi? C'est pas des dessins animés!


 

D'autres {Bad Mother} chez:

 

Little Lili Blue

 

 

 

 

 

Toi aussi tu es une {Bad Mother}?

Raconte nous!

Un article, un lien vers chez moi, et tu me laisse le lien en commentaire...

Qui sera la pire {Bad Mother} cette semaine?

Partager cet article

Repost0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 05:14
Gratitude

Tant de gens formidables ont croisé mon chemin, m'ont aidée quand j'en avais besoin, ont été là pour moi dans la joie et la peine, que je n'aurais pas assez d'une vie pour les remercier - ou leur rendre la pareille.

 

La gratitude doit être le sentiment qui m'est le plus familier.

 

Des proches, des amis, des copains, des connaissances, des voisins, des gens que je connaissais à peine...j'ai toujours eu beaucoup de chance.

 

Aujourd'hui encore, j'ai pu être témoin que ceux qui se plaignent des "gens" et de notre espèce font fausse route tant il y a de générosité autour de moi.

 

Depuis que j'attends un petit diablotin, je suis bien malade. Nausées, chutes de tension importantes, anémie, grande fatigue...je traîne mon corps depuis des mois et ne suis pas bonne à grand'chose...

 

Ma maison est un foutoir sans nom, on mange des tomates/chips, le tas de linge à ranger dépasse la taille du plus grand d'entre nous et les draps n'ont pas été changés depuis bien trop longtemps.

 

Un peu déprimant, sachant que je n'arrive pas à faire autre chose qu'à rester vautrée dans le canapé, à regarder l'ampleur de la catastrophe.

 

Mais en fait non, ça ne me déprime pas. Parce qu'au lieu de me morfondre dans mon bordel, j'ai été aidée...ce qui comme toujours m'émeut aux larmes.

 

Rien n'obligeait mes copines à venir, et pas qu'une fois, mettre un bon coup de balais et de rangement là dedans. A me faire des courses.

Rien n'obligeait mes voisins à me donner de bons petits plats. Et bien manger dans ces cas-là, crois-moi, c'est un sacré bonheur!

Rien n'obligeait mes amis à prendre un peu le Cromignon pour l'emmener déjeuner et en balade et me permettre de dormir.

Rien n'obligeait cette gentille connaissance à le récupérer à l'école les jours où je n'arrivais pas à m'éloigner de plus d'un mètre des WC.

Rien n'obligeait tous ceux qui ont proposé leur aide, même si ça ne s'est pas concrétisé.

Rien n'obligeait ceux qui me soutiennent d'un coup de fil, d'un sms, pour me distraire un peu.

Rien n'obligeait ceux qui sont venus me faire un peu de compagnie, alors que je n'avais à la bouche que le nombre de fois où j'avais vomi la moindre olive avalée.

Rien n'obligeait ceux qui m'ont gâtée, de près ou de loin, de gentils cadeaux qui donnent le sourire et la pêche.

Rien n'obligeait tous ceux qui ont véhiculé la Pouillette de droite à gauche pour m'éviter les déplacements.

Rien que leur gentillesse et leur générosité.

 

A chaque difficulté que m'envoie la vie ou presque, j'ai tout reçu pour les surmonter.

Je me demande ce que j'ai bien pu faire pour mériter tout ça!

Merci!

Partager cet article

Repost0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 13:35
Mes petits bonheurs #122 et ma semaine en images.

Une semaine de plein soleil, grosse chaleur, estivale. Ça fait du bien. Mais ce n'est pas la panacée avec ma tension à moins de 9.

J'ai beaucoup larvé du coup. Fait un peu de cuisine, vu quelques amies, joué avec les diablotins.

Eu une incroyable nouvelle dont, si elle se confirme, je te reparlerais parce que c'est juste...inouï!

En vrac, j'ai eu droit à deux spectacles: la chorale de la Pouillette, et son show de flamenco. Très chouettes.

Mes petits bonheurs #122 et ma semaine en images.
Mes petits bonheurs #122 et ma semaine en images.

J'ai sacrifié à ma tradition estivale: les bracelets brésiliens.

J'ai senti des petits coups dans le bas-ventre qui ne laissent pas de doutes, même si c'est tôt. Parait que c'est classique, pour le 3ème bébé.

 

Mes petits bonheurs #122 et ma semaine en images.
Mes petits bonheurs #122 et ma semaine en images.

J'ai reçu ma livraison d'abricots bios, et les 4kg ont duré...48h! Même pas eu le temps d'en faire un gâteau...vivement la semaine prochaine!

Comme le programme de maths ne sera pas fini dans la classe de la Pouillette, l'homme la fait bosser pour terminer, avec une de ses copines volontaire.

J'ai eu un joli bracelet dans ma BAL, une gentille attention de Chérie.

Mes petits bonheurs #122 et ma semaine en images.
Mes petits bonheurs #122 et ma semaine en images.
Mes petits bonheurs #122 et ma semaine en images.

Ma semaine en images et mes petits bonheurs, pour Virginie B., Madame Parle et Maman est au musée.

 

Et toi, ta semaine?

Partager cet article

Repost0
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 05:35
Baby-Bump: 14 semaines.

*Robe "La Redoute Créations" Tongs Birkenstock Lunettes Guess

 

J'avais repris le travail, mais une tension fluctuante m'a à nouveau clouée. En dessous de 9, plus possible pour moi de bosser. Les nausées ont presque disparu, mais je n'ai pas intérêt à faire un repas copieux ou à manger de la viande. L'homme m'a invitée dans une crêperie, je ne me suis vraiment pas goinfrée, et pourtant je l'ai payé tout le reste de la journée.

 

Je m'occupe de la maison, je me repose, je vois des copines quand même mais je ne saute pas la sieste.

 

Je prends doucement de l'ampleur...je ressens une pesanteur dans le bas-ventre qui n'est pas très agréable.

 

Ma peau est encore loin d'être nickel, rougeur, sécheresse, boutons et points noirs disgracieux me font lutter chaque jour...mais il y a du mieux, quand même.

 

La Pouillette aime toucher mon petit bidon. Elle le trouve vachement gros.

Le Cromignon nous gratifie de crises de colères comme ça faisait longtemps, j'espère que c'est une réaction émotionnelle à ma grossesse et que ça va bientôt se calmer. A part ça, il est plein d'attentions pour moi et fait des guilis sur mon ventre pour chatouiller le bébé.

 

Les vêtements spéciaux "ventre qui s'arrondit" ont de nouveau investi mon armoire, j'ai enfin fait le tri qui s'imposait.

 

Avec le beau temps et la chaleur, c'est plus simple de s'habiller...une robe et c'est parti!

 

Bébé doit mesurer un peu moins de 15cm maintenant et peser un peu plus de 100g. Il fait des petits sauts que je ne sens pas encore. Quand on caresse mon ventre, il peut déjà le sentir, et il aime bien ça.

Alors on ne s'en prive pas.

 

J'ai pris rendez-vous dans deux maternités possibles, je me sens un peu plus rassurée de ce côté-là, j'espère qu'on m'écoutera...

Partager cet article

Repost0

Le Blog Des Petits Diables

  • : Petits Diables
  • : Ancienne parisienne partie au bout de la France, je raconte mon petit bout de chemin. A la maison, nous sommes 5, Polochon, le Cromignon, la Pouillette, l'homme et moi. Ca en fait des histoires! Adepte du portage, des couches lavable, de l'éducation non-punitive, du no-poo, des cosmétiques clean, maman allaitante mais pas militante, randonneuse dans l'âme et dans les pieds, et plein d'autres trucs encore...
  • Contact

Recherche Sur Le Blog