Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 14:35

medecin-osteopathe.jpgJe vais faire ici un petit flash-back dans ma série, dont tu peux lire le début ici.

Je suis quelqu'un qui aime agir. Je ne suis pas patiente. Quand j'ai un problème, j'ai besoin de faire des choses pour le résoudre. Et comme je suis assez control freak aussi, tu comprendras que les soucis de fertilité c'est vraiment pas facile à vivre pour moi. Parce que c'est quelque chose qu'on ne contrôle pas, mais alors pas du tout.


Dans le courant de l'année et demi qui s'est écoulée depuis le début des tentatives bébé, l'homme a tout de même été faire un test, prescrit par ma vieille gygy, pour voir si ses zozos n'étaient pas en cause aussi. Je passe sur le côté monstrueux de la chose qui n'a pas été faite dans un endroit spécialisé, mais au labo d'analyse du coin, dans les toilettes, tout seul, avec les nanas venues faire une analyse d'urine qui attendent en trépignant derrière la porte. Je l'ai récupéré à la petite cuillère, mon homme, après ça.


Verdict: soucis de zozos aussi.


Voyant qu'on était mal barrés, j'ai acheté des bouquins, j'ai fait plein de recherches. J'avais besoin d'agir pour me sentir mieux, pour me dire que le problème serait réglé puisqu'on s'en occupait. J'ai trouvé à boire et à manger, du bon et du très mauvais. Enfin du bon, au final je n'en sais rien, mais des choses qui m'ont semblées sensées.


Et je vais vous livrer ici le fruit de mes intenses recherches, tout ce qu'on a testé.


D'abord il faut savoir que pour certaines personnes, la qualité de vie va influer sur la fertilité, homme ou femme. Évidemment vous avez toujours ceux et celles qui boivent, fument, se droguent, et pondent des marmots comme si de rien n'était.


Mais ce n'est pas notre cas, à l'homme et à moi. Il semblerait que tout ce qui peut être toxique, ou se transformer en toxines dans notre corps, peut contribuer à l'infertilité masculine comme féminine.


Donc voilà ce que nous avons retenu, et expérimenté.


1/ Ce que je pense être efficace. Valable pour homme et pour femme.

- pas d'excitants ou le moins possible (café, thé...)

- pas de tabac, d'alcool, de drogues.

- manger bio. Les pesticides et engrais chimiques ont un impact plus ou moins important sur la fertilité.

- nourriture équilibrée, peu de graisses et de sucres. Favoriser les fruits et légumes frais. engranger le plus de vitamines possibles. Mais pas de régime amaigrissant surtout!

- compléments alimentaires plein de bonnes vitamines, de zinc et d'acide folique. Là tu as le choix: il y en a en comprimé, sinon tu peux essayer des trucs bio: la Maca par exemple, le ginseng, etc...

- du sport mais à petite dose. Du yoga, 1/2h de natation, 15 minutes de course à pied...rien d'intensif, mais il faut se bouger pour éliminer les toxines et permettre au corps de bien fonctionner.

- boire pas mal d'eau, ça aide aussi à éliminer les toxines.

- déstresser. Ça peut paraître facile à dire. A chacun de trouver des moyens d'y arriver: massages, réflexologie, sophrologie...moi j'ai tout fait!

 

2/ Ce qui ne peut pas faire de mal, qui peut marcher sur certains, à tester donc (de toutes façons t'es plus à ça près):

- l'homéopathie. Voir donc un homéopathe pour avoir un traitement adapté à son cas.

- l'acupuncture. J'en ai fait pas mal, et l'homme aussi. Au pire ça déstresse bien, ça détend. Je ressortais des séances un peu schlass...

 

3/ Ce qui est CRUCIAL.

- Déstresser. Ne pas y penser. C'est facile à dire, mais c'est absolument nécessaire. 

- ne pas calculer. L'ovulation c'est à J+14 dans tes rêves. Pour info, j'ai conçu le Cromignon à J+5, donc...calculer c'est vraiment le truc qui bloque.

-faire l'amour, pas la guerre: les rapports avec chéri juste pour concevoir, c'est un peu la loose quand même...

- pour monsieur, il est HYPER IMPORTANT d'aérer tout ça. La machine de fabrication des zozos ne fonctionne pas en surchauffe. Donc: des caleçons et pantalons larges. 


4/ Ce qui, je pense, a été déterminant dans mon cas:

-voir un ostéopathe viscéral. Késako??? me diras-tu. Je te racontes toute l'histoire. Une copine m'a dit qu'une amie à elle n'arrivait pas non plus à faire BB2. Que comme moi, elle avait accouché par césa de BB1. Qu'au bout de 2 ans d'essais infructueux, on lui a conseillé un ostéopathe viscéral.

Il s'agit d'un osthéo, qui a fait quelques années d'études de plus qu'un osthéo qui ne fait que les articulations, et qui manipule aussi les organes. T'inquiète, pas en mettant la main à l'intérieur de toi, mais en faisant des petites pressions sur l'organe en question.


Pourquoi? Alors d'après ce que j'ai lu et ce que l'osthéo que j'ai vu m'a expliqué, lors d'une césa, l'utérus peut se remettre un peu tordu, enfin pas vraiment comme il faut, ce qui ne se voit absolument pas aux echos vu que l'écho regarde l'intérieur de l'organe. Et avec ton utérus tordu, ben tu ne vas pas pouvoir fixer d'embryon.

L'osthéo remet ton utérus en place, comme il te remettrait tes cervicales après un torticolis. J'ai vu l'osthéo, il m'a dit "donnez moi 3 mois". Je l'ai vu deux fois par mois. Hasard, coïncidence? Pile 3 mois après, j'attendais le Cromignon.


- en acupuncture, il y a plusieurs types de gens (désolée pour mes explications vaseuses, je ne suis pas une experte en acupuncture). Moi apparemment j'avais les ovaires qui déconnaient parce que mes reins étaient trop "froids". Il fallait me chauffer les reins, donc. J'avais droit à des aiguilles dans les reins à chaque séance, et à faire chez moi, un coup de sèche-cheveux sur les reins après chaque douche.

Et au salon Marjolaine à Paris, j'ai trouvé un coussin rempli de noyaux de cerises, que tu mets au micro-onde quelques minutes et ensuite ça diffuse une super bonne chaleur pendant un bon moment. Tous les soirs je me calais le coussin dans le creux des reins, c'est super agréable et...deux semaines après j'étais enceinte du Cromignon. Hasard ou coïncidence, ou coup de pouce...Attention apparemment ça ne serait valable que dans un profil comme le mien, à voir avec ton acupuncteur, donc.

 

Après 6 mois de ce traitement, l'homme avait retrouvé un bon niveau de zozos...

 

Voilà un petit tour d'horizon de ce que j'ai pu tester, pendant toute cette longue, longue période...

 

La suite au prochain article sur le long chemin vers le Cromignon!

 

 

Partager cet article

Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 16:27

test.jpgEh oui, parce qu'un Cromignon pareil, ça se mérite.

 

Certaines femmes arrêtent la contraception et sont enceintes dans la foulée. Ça n'est pas mon cas. Quand nous avons décidé, l'homme et moi, de faire des petits parce qu'on est trop exceptionnels pour laisser notre magnifique patrimoine génétique se perdre (j'rigole hein!), c'était avant même de se marier. C'était pendant l'hiver 2008, vers février je crois. Nous venions de déménager.


Dans la foulée, nous avons décidé de nous marier, je te raconterais ça une autre fois, parce que ça vaut le détour, comme petite histoire de mariage. Programmation du mariage pour octobre, toujours 2008, et débuts d'essais bébé dans la foulée.


J'ai tout de suite su que quelque chose ne tournait pas rond. D'abord mon cycle ne revenait pas. Je suis d'un naturel anxieux, alors j'y pensais tout le temps, ce qui évidement n'aide pas! Au bout de 3 mois sans cycle, j'ai consulté ma gygy, femme charmante mais très old school, au bord de la retraite depuis des années. Elle m'a d'abord prescrit un médoc charmant à prendre chaque jour, qui devait faire revenir mon cycle et régulariser tout ça.


Pourquoi ai-je senti que ça ne suffirait pas? Est-ce que mon corps m'envoyait des messages subliminaux? Toujours est-il que je n'y ai pas cru un instant, à ce cachet.


Mon cycle est effectivement revenu, mais toujours pas de grossesse. Étant très sportive, j'ai appris que la pratique intensive pouvait être un facteur d'infertilité, j'ai ralenti. Et puis j'ai grossi un peu, parce que ça aussi, c'est un facteur.


Ça a pris plusieurs mois tout ça.


Avec l'angoisse qui me tenaillait: et si je n'arrivais plus à avoir d'enfant? Si ma Pouillette, devenue grande maintenant, était la seule? Si l'homme se rendait compte que j'étais infertile, qu'il voulait absolument avoir des enfants, que ferait-il? et si...enfin tout ce qui peut passer la tête quand on a une idée fixe, qu'on est pessimiste, qu'on culpabilise pour tout.


Des mois à scrutter les signaux de mon corps. A faire des tests de grossesse au moindre retard de règle, donc presque tous les mois.


Des mois à pleurer devant les tests négatifs. En refaire au cas où le premier test était mauvais. Ne pas oser boire d'alcool au cas où. Ne pas oser faire de cheval au cas où. Finalement des mois à adopter le comportement d'une femme enceinte, au cas où. Mais sans être enceinte.


Au boutd'un moment, ma gygy a décidé de passer à l'attaque. J'ai eu droit à deux ou trois monitorings d'ovulation, pour voir ce qui se passait là dedans. On a vu que mes ovulations étaient insuffisantes. J'ai du faire des piqûres pour booster tout ça, à jour et heure fixe. Encore quelques mois. A programmer les galipettes aussi. Bon pour ça on s'en est bien sortis, parce qu'on a assaisonné ces contraintes avec une bonne dose d'humour. Mais il faut se rendre à l'évidence: ce genre d'épreuve ne rapproche pas un couple. 


J'entendais dire "n'y pense pas!".


C'est vrai que c'est ce qu'il faut faire, car fixer toute son attention sur son fonctionnement ovarien ne sert qu'à augmenter l'anxiété et dérégler encore plus le mécanisme de la fertilité. Mais c'est drôlement facile à faire quand vous êtes une femme. Un homme peut plus facilement s'en détacher je pense, parce qu'il n'a pas, une fois par mois, du sang qui vient rappeler que ça ne sera pas encore pour cette fois. Mais pour moi, c'était dur. J'avais si peur de réussir et finalement de faire une imprudence qui m'aurait fait tout perdre. Je voulais absolument, si j'étais enceinte, le savoir au plus tôt afin d'adopter un comportement protecteur, ne pas aller courir, ne pas porter de trucs lourds...ne prendre aucun risque.


Au bout d'un an et quelques mois, je me suis rendu à l'évidence. Ma gygy était très bien pour me faire des frottis. Mais pour l'infertilité, il fallait du lourd. J'ai donc pris rendez-vous chez les pontes de la PMA (procréation médicalement assistée). Cependant ces pontes-là sont très demandés, de plus ils sont dans un hôpital public ET parisien, et donc il faut des mois avant d'avoir un rendez-vous. J'ai donc eu un rendez pour 3 mois après.


3 mois de plus à espérer puis à désespérer, à broyer du noir, à faire ressentir mon mal-être à mes proches.


Et puis le jour du rendez-vous arriva.

 

 

La suite au prochain article sur le long chemin vers le Cromignon!

 

Partager cet article

Repost0

Le Blog Des Petits Diables

  • : Petits Diables
  • : Ancienne parisienne partie au bout de la France, je raconte mon petit bout de chemin. A la maison, nous sommes 5, Polochon, le Cromignon, la Pouillette, l'homme et moi. Ca en fait des histoires! Adepte du portage, des couches lavable, de l'éducation non-punitive, du no-poo, des cosmétiques clean, maman allaitante mais pas militante, randonneuse dans l'âme et dans les pieds, et plein d'autres trucs encore...
  • Contact

Recherche Sur Le Blog