Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 05:29

Oui, je sais. J'avais dit que ce blog ne deviendrait pas un blog de prof. Mais comme les vacances arrivent, j'en remets une couche, parce qu'ensuite je n'en parlerais plus pendant 2 mois.

Et puis je trouve ça marrant...et puis c'est un exutoire, aussi!

 

toc-toc.jpg

 

 

Parce que parfois les bras m'en tombent...et le reste avec!

 

Comme ce jour où un élève arrive avec sa mère, pour rendre ses livres.

En retard, donc.

Pourquoi la mère est-elle venue avec fiston, je ne saurais te l'expliquer. Pour vérifier que le gamin est bien venu? La question reste posée...

 

La mère en question a visiblement un souci marqué avec l'alcool, vu sa couperose, son nez, l'odeur qui émane d'elle et qui suffit à me rendre pompette, et son comportement...jovial, dirais-je avec retenue.

A 9h du mat.

La vinasse au petit dej n'a pas l'air d'être très efficace pour rester jeune et belle, soit dit en passant. Je pense que je vais rester au jus de citron chaud.

 

Échange de 9h du mat, donc:

 

-"Bonjour! Le Bryan il est viendu rendre les livres!"

 

-"Bonjour madame. Bonjour Bryan. Donne moi tes livres, je vais vérifier qu'il y a bien tout."

 

Les livres sont collants, poisseux, et poussiéreux. Ils sentent le graillon. 

Je pense qu'ils ont dû passer l'année scolaire dans la cuisine, au dessus de la hotte.

 

Je rentre les livres dans ma base informatique, et, stupeur, tout y est. En même temps s'ils ont été déposés sur la hotte en septembre et n'ont pas bougé depuis, c'est logique.

 

Je dis:

 

-"C'est super Bryan, tout y est. Tu es en règle, je vais appeler l'intendance pour qu'ils annulent ton amende".

 

La mère:


-"Ah au fait, on a encore tous les bouquins de 5ème. On en a plein."

 

Ma stupeur s'est elle remaquée? Je suis restée coite une minute.

 

Le gamin vient chaque jour au collège.

L'an dernier, il n'a pas rendu ses livres.

Il a eu des courrier, des coups de fil aux parents, pour lui demander de les ramener.

Il a eu une ponction sur la bourse, de 30 euros (ce qui n'est pas cher payé), puisqu'il ne les a pas ramenés.

Et un an après la mère me dit qu'il sont chez eux?

 

Mais qu'en font-ils? Sont-ils affichés au salon ("ohhhh, on a des livres!!!")?

Servent-ils de cale-pieds car la table est bancale?

Ou de papier de secours dans les WC, au cas où?

 

Cette dame n'a t'elle pas pensé une seule fois, alors que son gamin va au collège chaque jour, lui filer la pile de livres pour les ramener?

Pour récupérer ses 30 euros sur la bourse?

 

Parfois j'ai juste envie de me lever, de faire "toc-toc" sur la tête de certains pour demander à parler au responsable...

 

Non, c'est moi qui déconne?

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 05:17

 

examen.jpg

 

*crédit photo

(Vue non, mais alors non représentative du tout d'une de mes classes en examen).

 

 

 

J'ai été de surveillance du brevet, cette année.


Pendant l'épreuve, les gamins n'ont pas le droit de communiquer entre eux.

Ils peuvent poser des questions de forme aux surveillants, mais pas de fond.

 

En théorie.

 

Le côté solennel de la chose, premier examen national blabla, a dû échapper à mes chères têtes blondes...

 

La moitié de ma salle s'est présenté. L'autre moitié, j'imagine, a préféré profiter des 27 degrés et du soleil.


Ceux qui étaient présents n'avaient pas forcément bien compris qu'il y avait tout de même un enjeu derrière ces deux journées.


Au bout de 15 minutes, certains me demandaient quand est ce qu'ils pourraient partir.

D'autres regardaient par la fenêtre.


Un gamin au fond faisait des origamis...avions en papier et grenouilles sautantes, pour le plus grand bonheur de ses voisins.


Lorsqu'une élève a demandé plus de feuille de brouillon, j'ai cru au miracle, mais c'était pour continuer son dessin.


Son voisin lui a d'ailleurs tendu ses propres brouillons, n'ayant pas compris la raison pour laquelle les feuilles n'étaient pas toutes de la même couleur...

 

Et puis Kévin, au fond de la salle, crête décolorée blonde en l'air et crâne rasé autour, 180 kg au bas mot pour 1m80, et jean laissant apercevoir, enfin voir tout entier même, un improbable caleçon Bob l'éponge:

 

-"Madame, je peux signer après ma rédaction?

 

- Non Kévin, il ne faut pas que ton nom figure sur la copie. Je vous l'ai expliqué au début de l'heure."

 

Cinq minutes après:

 

"-Madame, vous êtes sûre que je ne peux pas mettre mon nom en bas?"

 

-"Oui je suis sûre, il ne faut pas que tu écrives ton nom."

 

Trois minutes plus tard:

 

"- Madame, il ne faut pas mettre mon nom quand j'ai fini?"

 

"- Non Kévin, il ne faut pas."

 

Et ainsi de suite, de cinq minutes en cinq minutes...

 

Ne me demande pas d'où je tire ces trésors de patience pédagogique.

Alors que j'avais juste envie de l'envoyer se faire foutre au fin fond de l'enfer, lui, ses deux neurones non connectés et ses goûts de chiottes en matière de caleçon.


Peut être d'années de guerre lasse, peut être de la peur de froisser les 180 kg de Kévin et de m'en prendre une, en cas de réponse sarcastique et donc incompréhensible pour lui.

Car ce que Kévin ne comprend pas, Kévin l'interprète comme une version savante de "va niquer ta mère".

Je reste donc neutre, claire, calme et concise. Tu remarqueras que j'utilise le moins de mots de vocabulaire possible. Je fais du prof simplifié.

 

Une heure après le début de l'épreuve, ce fut la fin de la leur.

Eh oui, on ne peut pas partir avant, ils ont donc dû traîner leur misère une heure entière! Normalement l'épreuve dure deux heures, mais n'en parlons même pas.

J'ai donc ramassé les truc, là, les machins, euh le nom m'échappe...ah oui, les copies!

 

Et j'ai jeté un oeil pour vérifier que les règles de présentation avaient été bien respectées, suite à mes nombreuses et répétées, répétées, répétées, écrites au tableau, consignes.

 

Bien sûr, que dalle: ratures en rouge de partout, lignes non sautées, numéro de l'épreuve écrit à la place du numéro de candidat, etc...


Je suis débonnaire. Si si. Sarcastique mais débonnaire.

J'aime mon prochain et je lui souhaite le meilleur. Parfois le plus loin possible de moi, mais le meilleur.

Ne serait-ce que pour que mon prochain me foute la paix.

Donc j'ai rattrapé quelques bourdes éliminatoires à coup de tipex, et replacé les bons numéros aux bons endroits...

 

Et au dos de la copie de Kévin, après ce qui devait ressembler à l'analyse d'une poésie de Mallarmé faite par Dali sous ecsta, fautes d'orthographe de malade en bonus, son nom ET sa signature.

 

Parfois la vulgarité m'effleure les lèvres...

 

WTF ???????????????????????????????????

Partager cet article
Repost0
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 05:30

 

lievre-de-mars.jpg

*crédit photo

 

 

J'étais tranquille, peinarde.

Derrière mon bel ordi, en train de rentrer des bouquins en retour.


Une prof a débarqué avec sa meute, me demandant si elle pouvait s'installer chez moi (oui, le CDI, c'est chez moi!).


Vu que mes locaux sont pratiques pour la séance qu'elle a prévu.

Et moi, je suis accueillante et sympa, hein!

Alors évidement j'ai dit: "vas-y, fais comme chez toi!".


Et puis j'ai prêté une oreille distraite  à ce qu'elle faisait...


Il s'agissait de classifier les animaux en répondant à 3 questions:


- A-t-il des poils, des plumes ou des écailles?

- A t-il un squelette interne?

- et je ne me souviens plus de la troisième...


La Prof énumérait des animaux, les gamins répondaient...


Tout a coup j'ai entendu un truc étrange, qui m'a fait dresser l'oreille.

 

"Et le lièvre, Kévin?"

 

Kévin: "des plumes!"

 

J'ai cru qu'il rigolait. Mais non!

 

J'aurais cru que le reste de la classe allait hurler de rire. Mais non!

 

La prof est resté une seconde muette de stupeur.

 

Moi aussi!

 

Un lièvre à plumes...finalement, c'est poétique...

Partager cet article
Repost0
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 07:45

Tu n'as pas échappé à ma reprise au travail...


J'ai déjà quelques perles à partager, même si je ne veux pas que ce blog deviennent un blog de prof...

 

Mais j'ai quand même envie de rigoler un peu!

 

Alors le deuxième jour...

 

Un gamin (4ème, 1m80 d'esprit éveillé boutonneux avec moustache clairsemée naissante) est assis, se lève, sort du CDI. Puis rerentre, puis ressort.

 

4 ou 5 fois.


 

Je lève mon nez du journal scolaire que je peaufine, et je lui lance:

 

-"Toi, tu arrêtes, tu choisis ton camp: tu rentres, ou tu sors. Ce n'est pas un moulin, ici!"


 

DSCF6658

 


 

L'expression a dû lui plaire. Ne l'avait-il jamais entendue auparavant?

 

Quoiqu'il en soit, il a pris une expression ravie.

Et il a répété:

 

-"Ah oui, madame, ce n'est pas un moulin, ici!".

 

Bref.

 

Il n'y aurait rien à raconter si cet élève au regard relativement béat n'avait répété 4 ou 5 fois dans l'heure que le CDI n'est pas un moulin.


Et s'il n'était pas repassé, à chaque interclasse, glisser sa tête par la porte d'entrée pour brailler: "Eh, c'est pas un moulin, ici!"

Jusqu'à 17h!

 

Pareil le lendemain...

 

Je pense qu'il est heureux d'avoir appris une expression, et qu'il tente de la placer le plus possible...

 

Non?

Partager cet article
Repost0
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 07:30

Après 2 ans et demi d'arrêt, j'ai repris le travail.

Ce n'étais pas un choix.

Enfin pas vraiment.

 

DSCF1861.JPG

 

J'aurais souhaité rester chez moi avec mon Cromignon jusqu'à ses 3 ans, comme le congé parental m'en donne (encore) le droit.

 

Mais nous ne tenions plus, financièrement.

C'est vrai que ça va avec un mode de vie: si je vivais dans un petit HLM, c'aurait été possible. Mais avec notre maison à payer...

 

Alors ce mardi matin, j'ai demandé à l'homme de me réveiller.

La première semaine, pour ne pas trop me stresser, il s'est chargé des enfants le matin.

 

J'ai levé un Cromignon ahuri qui m'a dit: "maman, encore dodo!" tant il n'est pas habitué, du haut de ses 21 mois, à se lever tôt.

Je l'ai fait téter, puis l'homme a pris le relais pour le petit dej.

 

Je me suis lavée et habillée, maquillée et même parfumée.

Je n'ai pu avaler qu'un jus de citon.

J'ai préparé mon sac, ma bouteille d'eau.

 

Et je suis partie en voiture.

 

1/4 d'heure de route, et je l'ai garée dans le parking des profs.

Je suis rentrée dans la cour, puis dans le couloir et pour finir, dans ma salle. Dans mon CDI.

 

Je ne connais rien ni personne encore. Je suis toute timide.

J'ai l'impression de faire ma rentrée en CP.

 

Le Cromignon me manque.

Les murs rassurants de ma maison, mon jardin, les tâches ménagères qui émaillaient mon quotidien jusqu'ici me manquent.

Je n'ai pas de repères.

 

Habituée à être débordée et overbookée au travail, je ne sais que faire.

 

Je redécouvre les joies des élèves de collège: bruyants, amusants, remuants, glousssant...Ca court, ça crie.

Je n'ai pas de pause, on est ouvert aussi pendant les récrés. Heureusement que les heures ne sont pas toutes très chargées.

 

Mon emploi du temps a été accepté: j'ai trois grosses journées. Pas l'usine, ni la plage.

 

Je me sens  en décalage, mal à l'aise. Pas chez moi.

Il y a beaucoup de monde, qui rentre, sort, court. Des élèves, des profs, des surveillants...je n'en connais aucun, eux se connaissent.

 

A midi j'ai eu le courage d'aller manger à la cantine. L'impression de décalage était encore pire. Les rires fusent, les potes s'interpellent. Ca rie, ça privatejokise.

 

Je regarde tout ces gens comme je regarderais la télé.

 

J'essaye de m'imprégenr de cette nouveauté, de ne pas oublier ma gène.

 

Parce que bientôt, ce sera chez moi.

 

Et toi, ton job?

Partager cet article
Repost0
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 05:47

Mon travail...


J'ai eu la chance de le choisir.

J'ai la chance de l'aimer.

J'ai la chance qu'il soit assuré à vie (ou presque).


J'ai la chance de pouvoir changer de lieu de travail plusieurs fois dans ma vie si le coeur m'en dit.

J'ai la chance de choisir mon emploi du temps, et d'avoir des horaires vraiment arrangeants.


Pour ce que j'en ai vu, je pense que je vais avoir la chance de l'exercer avec des collègues sympa, et avec peu de pression.

Que de chances inouïes!


Et pourtant.


Après 21 mois passés avec mon Cromignon, chez moi.

Profiter de lui.

Aller chercher la Pouillette à l'école.

Vivre au rythme des siestes.

M'occuper de ma petite maison.

Faire la cuisine.

Ne pas me coucher comme si je tombais dans le coma.

Me lever tranquillement.

Traîner en pyjama.

Manger vite fait à midi, ce que je veux, comme je veux.

Bloguer, aussi.

Réfléchir, rêver.

21 mois à être une maman presque à 100%.


horloge.jpg

 

 

 

 

Rien que de penser que tout va changer, j'ai la nausée.

J'ai des crises d'angoisses, j'en ai perdu le sommeil et l'appétit.


Me lever tôt.

Lever mon Cromignon. Le déposer pour 8h du mat' au plus tard.


Avoir deux vies, ma vie professionnelle, ma vie de maman.

Deux fois plus de préoccupations.

Deux fois plus de contraintes.


Rentrer épuisée.

Nourrir mes enfant, les laver, les coucher.

Point barre.


Et avoir le week-end pour faire les courses et le ménage.

 

Je donnerais vraiment cher pour rester encore, jusqu'aux 3 ans du Cromignon.

Mais je ne peux plus, les économies ont fondu, il faut aller gagner ma vie.

Surtout que c'est très loin de "marche ou crève".

Comme j'envie celles qui me disent que pour elles, c'est une question de choix et pas de finances.

 

Quand j'y pense...

J'ai envie de pleurer.

Tiens, d'ailleurs je pleure.


 

Et toi, tu peux ou tu as pu rester un peu chez toi t'occuper de tes enfants?

Partager cet article
Repost0

Le Blog Des Petits Diables

  • : Petits Diables
  • : Ancienne parisienne partie au bout de la France, je raconte mon petit bout de chemin. A la maison, nous sommes 5, Polochon, le Cromignon, la Pouillette, l'homme et moi. Ca en fait des histoires! Adepte du portage, des couches lavable, de l'éducation non-punitive, du no-poo, des cosmétiques clean, maman allaitante mais pas militante, randonneuse dans l'âme et dans les pieds, et plein d'autres trucs encore...
  • Contact

Parrainage Le Closet

Pour ta première box Le Closet offerte, c'est par ici!

Recherche Sur Le Blog

Parrainage Igraal

Pour gagner du cashback sur Igraal, c'est par ici!