Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2021 3 09 /06 /juin /2021 06:31
Considérations sur l'orthodontie adulte. [test et avis]

Tu as peut-être vu que je porte un appareil dentaire depuis peu. Si tu ne l'as pas vu, il est probable que tu ne le voies pas, je vais éviter les selfies tant qu'il sera là...

 

Mon avis, pour le moment, c'est que ce n'est pas du tout, du tout, ce à quoi je m'attendais.

C'est bien pire!

 

A la pose: ça dure 1h, c'est inconfortable, on a un genre d'écarteur comme dans le jeu "mâche-mots" dans la bouche. La chaleur nécésaire à la pose des bagues peut être douloureuse. Bref, c'est long et désagréable.

Ensuite, pendant quelques jours, tu as l'impression d'avoir une aphte géante dans la bouche. Ta bouche est une aphte en fait.

 

1ère impression en voyant mon visage ensuite: OMG qu'est ce que c'est que cette horreur.

J'avais le choix entre 3 options: un appareillage 1er prix métallique très voyant, un autre transparent moins voyant et un dernier invisible car derrière les dents. Ce dernier coûte le double du transparent, le triple du 1er prix.

J'ai choisi le transparent. Je ne me voyais pas payer aussi cher juste pour qu'on ne voie pas mon appareil, surtout que je ne suis pas censée le porter très longtemps. Le temps passe vite, il paraît.

En fait le temps passe vite quand tu es à la plage avec un mojito, mais quand tu attends pour enlever un truc qui te défigure, moins.

J'avoue que je regrette de ne pas avoir investi dans l'invisible.

 

Je pensais ne pas avoir de souci avec le visuel de bagues transparentes sur les dents: je n'avais pas anticipé le volume. Ce ne sont pas juste des tâches sur les dents. C'est épais et ça fait avancer la lèvre suppérieure. En fait, ma lèvre supérieure repose sur l'appareil, qui ressort tout le temps à moitié de ma bouche sauf si je pince les lèvres. Ce qui accentue les quelques rides du dessus, fort laides. Et me donne une expession pas du tout naturelle.

Cette protubérance me donne une ressemblance assez flagrante avec
Zézette épouse X, ce qui n'est pas tellement flatteur.

 

Au niveau alimentation, c'est la mouise. Tout se fout dans les bagues. Impossible de croquer dans quelque chose de plus dur qu'une banane. impossible de mâcher des aliments fins, type haricots plats, grains de maïs...et tout se retrouve sous les lèvres, entre les dents et les gencives, style hamster.

 

Je cumule car: en bonne végé je mange beaucoup de fuits à coque: c'est devenu impossible. Je les mixe et les mange en tartine....

 

Je croque plusieurs pommes et autres fruits du même type par jour: impossible. Je dois les éplucher, les couper en petits morceaux et me les mettre dans la bouche. Quant à manger des aliments carrément durs de type carottes , ce que je faisais souvent, c'est fini. Râpées, les carottes.

 

Je ne peux pas bien mâcher, j'avale donc tout rond pas mal d'aliments, des haricots rouges aux pâtes...et mon estomac n'aime pas ça du tout. Aïe.

 

Du coup, je prends des fruits que je peux manger, notamment au travail, facilement, mais hélas ils ne sont pas toujours de saison! Le raisin est idéal par exemple.

 

Il faut se laver les dents à chaque fois qu'on mange, pour moi qui mange un peu tout le temps c'est plutôt compliqué.

 

Les plus: si tu veux limiter le grignottage, c'est parfait.

En ce moment, le masque est mon ami, vive la pandémie!

 

En résumé: ça coûte une blinde, on ne peut plus manger, ça fait mal, c'est très laid. Si c'était à refaire, je prendrais l'appareil intérieur qui ne se voit pas.

Espérons que ça en vaille la peine!

 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2021 3 31 /03 /mars /2021 06:26
Mon sport pendant la pandémie.

Le sport, c'est la vie pour moi. J'en fais tous les jours ou presque. Oh, pas de marathon comme avant d'avoir mes enfants, non. Ca demande un investissement trop important et je n'ai plus la disponibilité pour ce genre de pratique.

 

Mais même 35 minutes, même 30, c'est quotidien.

C'est mon oxygène, mon antidépresseur, mon évasion, je suis accro.

 

Avec la pandémie et les restrictions, plus de piscine le vendredi, plus d'aquabike le samedi, plus de salle de sport le lundi.

Alors, on fait comment?

 

Eh bien, j'ai redoublé la course à pieds et utilisé +++ mon appli de coaching sportif.

 

Le running, c'est quasiment gratuit, pas besoin de battre des records ni de courir des heures pour en ressentir le bénéfice, pas besoin d'aller à des kilomètrès si on n'en n'a pas le temps.

Alors je cours 4 à 5 fois par semaine environ 35 minutes. Quand je suis en forme, je fais du fractionné. Sinon à petites foulées tranquilles c'est très bien aussi. Le soir de préférence: ainsi je laisse ma journée dans mes baskets.

 

Je complète avec l'appli fizz'up, à laquelle je suis abonnée depuis des années et que je trouve super et très bien faite.

 

Tu y trouveras des programmes pour tous les niveaux, avec ou sans matériel, pour tous les timings disponibles et même un programme enfant.

 

Les jours où je ne travaille pas, je commence ma journée par un programme léger. Les autres, si je ne cours pas je fais quelque chose de plus musclé. On peut lancer plusieurs programmes en même temps.

 

Si je n'ai que 10 minutes devant moi, je peux choisir une séance ciblée: abdos, jambes, bras...ou en coller pluisieurs à la suite si j'ai une idée précise  de zones à travailler.

 

Parfois je ne peux pas faire 35/40 minutes de sport à la suite. Pas de soucis: je peux alors faire 3 fois 10 minutes.

 

J'ai découvert il y a peu les séances de Thibault et Justine Gallice et je vais commencer pour voir, elles m'ont l'air bien musclées comme j'aime et ça me permettra de varier un peu. Je les suis sur Intagram depuis un moment et j'aime l'énergie qu'ils dégagent, leur investissement, et leur programme a l'air d'être très efficcace!

 

Même avec la pandémie, je reste sportive et peut-être plus encore qu'avant car tout est à ma portée.

 

Et toi, tu fais du sport?

Partager cet article
Repost0
10 mars 2021 3 10 /03 /mars /2021 07:59
Cette pandémie qui change si peu ma vie.

Ce week-end, je me faisais la réflexion que depuis un an, ce qui a vraiment impacté mes journées ça a été le confinement. Depuis que j'ai repris le chemin du travail, mes enfants celui de l'école, en mai 2020, finalement rien d'essentiel n'a changé.

 

Nous sommes deux enseignants: pas de télétravail. Le même rythme que toujours. Je commence à 7h45, je finis à 16h45.
Mes garçons vont à l'école normalement. Seule la Pouillette est en cours distanciels: elle a peu de cours, le reste du temps elle dort ou sort avec ses copines: comme d'hab!

 

Les mesures sanitaires au travail? Je répère 72 fois par heure "mets ton masque sur ton nez Qu'Hyll-Yann!". A part ça....

On a tous plus ou moins pris le pli de se passer les mains au gel régulièrement. On a arrêté de paniquer à chaque cas covid dans l'établissement même si ça a été bien stressant de les voir s'accumuler autour de nous.

J'ai moins d'élèves au CDI car ils ont une salle attitrée par classe. En cas d'heure d'étude, ils y restent souvent. Mais comme j'ai de la gestion par dessus la tête, je ne chôme pas.

 

On s'est tous fait au masque, enfants compris. Cromignon oublie de l'enlever après l'école. Quand il a fait si froid cet hiver, il me tenait chaud, c'était pratique. Avec le retour de la chaleur ce sera peut-être moins simple, on verra. Pas d'hypoxie, pas de manque d'oxygène, pas de problèmes malgré toutes les rumeurs qu'on entend. Et je le garde 7h par jour, comme mes garçons.

En ce qui me concerne, vu les chutes des autres maladies virales et spécialement pour les bébés (plus de bronchiolites!) et les personnes fragiles, je serais ravie qu'on continue de le porter après la pandémie en cas de maladie, de rhume...

 

Les divers couvres-feux? Que ce soit 21h, 20h ou 18h, peut me chaut. Je suis chez moi à 18h et ne ressors que très rarement après de toutes façons. Quant aux invitations à dîner, elles sont devenues des invitations à goûter ce qu'elles étaient déjà dans la grande majorité des cas: la plupart de mes amis ont des enfants encore petits, comme moi.

Je ne fais jamais mes courses après le travail, mais un drive hebdomadaire plus un passage pour les fruits et legumes le week-end. Là, je vois qu'il y a plus de monde!

 

Le second confinement? Pas vu. On a bossé normalement. J'ai juste retrouvé l'habitude de faire mes attestations sur mon téléphone avant de sortir. On a été au travail et les activités sportives ayant cessé, on a eu plus de temps pour se poser et faire des jeux de société les jours off. Ca n'a duré que 4 semaines.

 

Les activités sportives et extra-scolaires? Le yoga me manque et je n'arrive pas à pratiquer à la maison. La salle de sport, la piscine l'aquabike, ça manque, oui.

Cependant je fais du sport sur Fizz'Up et je cours, tous les jours, donc ça va pour moi. Quant aux enfants, à part le mois du second confinement, ils font toujours du tennis, de l'équitation. La piscine n'a repris qu'une semaine en janvier, et en attendant propose 1h de jeux sportifs dans leurs jardins. En plus, les garçons y vont ensemble, pour une fois. Alors oui, ça me fait râler surtout pour Polochon qui faisait sa première année de natation et aurait dû commencer à bien apprendre à nager, mais c'est partie remise.

 

La vie sociale, les amis? On voit moins de monde, c'est sûr, mais on voit quand même. Chaque week-end les enfants ont des copains qui viennent jouer, vont jouer chez des copains, la grande est avec ses amies, on bouge presque normalement. Ma grande a transformé bars et sorties du soir en petites soirées chez les copines. On est 5 à la maison, on peut se suffire entre nous et je rêve bien plus d'un peu de solitude que de voir plus de gens.

Ca fait un an que les enfants n'ont pas vu leurs grands-parents: ils vivent au Maroc. On les voit en général 2 fois par an, et ils se skypent très souvent. Pour le moment le manque ne se fait donc pas sentir.

 

Les bars, restaus, cinés? J'y vais peu. 2/3 fois par an, et encore. Ca ne me manque pas du tout, du coup.

 

Les voyages? Je ne voyage pas, enfin plus depuis qu'on a les enfants, quasiment. On bouge en France quand on bouge. J'habite en vacances, je te rappelle.

 

Bien sûr je sais que ce n'est pas le cas de tout le monde, que beaucoup souffrent de la situation, ont beaucoup perdu, sont très seuls. Si c'est ton cas, je compatis et j'espère que ça va aller très vite mieux.

 

Mais pour moi, la pandémie ne change finalement pas ma vie.

Ce qui me manque n'est pas vital et reviendra dans quelques semaines.

 

Et toi, comment tu es impacté?

 

Partager cet article
Repost0
10 février 2021 3 10 /02 /février /2021 07:39

15

15

15 ans.

15 ans aujourd'hui qu'on est ensemble.

15 ans aussi qu'on vit ensemble, et même plus longtemps que ça.

 

"C'est un joli nombre", m'a t'il dit.

C'est vrai, moi aussi, j'aime bien. C'est rond. Ca sonne "beaucoup".

 

Au début, j'ai vite pulvérisé son record de temps en couple. Je ne sais pas pourquoi: il devrait être assez prompt au changement. Pas prêt à s'engager un peu. Pas dispo dans sa tête. Va savoir.

Le mien fut bien long à égaler et dépasser: je suis du genre fidèle, à me battre pour que ça colle et à ne pas trop aimer les gands bouleversements. A m'accrocher quand c'est la tempête.

Si tu es de mes amis, tu le sais. J'en ai quelques uns depuis notre plus tendre enfance et jeunesse et pas question de les lâcher. L'amour et l'amitié, c'est pas facile à détruire, chez moi.

Mais depuis quelques années c'est chose faite et de totues façons, comme il le dit si bien "il n'y a eu personne en fait, avant". C'est pas faux.

 

On en a fait des choses en 15 ans.

 

De la randonnée. Le GR10. Des voyages. Stockholm. Venise. Et tant d'autres.  On s'est mariés à Las Vegas. On a trempé nos pieds dans l'océan Pacifique. On a eu des enfants. On a quitté Paris, rien que nous, pour Perpignan. On a découvert d'autres passions, chacun les siennes, on a évolué. En dent de scie et en courbe ascendante. 

 

Les épreuves mondiales des derniers mois ne nous ont pas affectés. Au contraire, je crois. Notre petit cocon nous suffit.

Si tu es de mes amies, sache que je vais continuer à me plaindre de lui quand ses lubies du moment l'accaparent: désolée, je suis, je crois une amie fiable, mais il faut aussi me supporter! Encore 15 ans sans doute et plus, j'espère.

 

On ne n'est pas lâchés.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2021 3 06 /01 /janvier /2021 07:03
En 2020 j'ai aimé...

Contrairement à beaucoup de gens, je n'ai pas détesté cette année 2020.

 

Evidement, une pandémie avec des milliers de morts, c'est pas marrant. Un confinement, c'est spécial. Les gestes barrière, c'est une habitude à prendre qu'on n'a pas forcément très envie de prendre en fait. Être prof, c'est encore et toujours pas facile à vivre, on est passés de faignasses à héros à faignasses à héros, plusieurs fois en peu de temps, il faut suivre. L'institution est encore et toujours à nous rajouter de la pression, au milieu du mépris général.

 

Mais en 2020 le confinement, si je l'ai vécu de façon inégale, m'a permis de ne plus avoir (au bout de 2 mois quand même) cette chape de fatigue qui me pèse quotidiennement. Le confienemtn m'a permis de donner du temps au temsp, chose que je ne savais pas faire. J'ai même réfléchi un peu, au milieu des tâches ménagères/scolaires/du télétravail/du sport/de la sortie d'1h quotidienne et de la recherche de levure. J'étais contente à la fin de pouvoir balader et voir les copains. Mais personne ne m'a manqué: le 4 humains avec qui j'ai été confinée me suffisent.

 

En 2020 il n'y a pas eu que le confinement. On a bien baroudé dans notre beau département, avec des balades, des randos, des vacances au ski...

 

On a bien profité de notre été même si on a eu moins de monde en vacances chez nous cette année. Plage, montagne, séjour aux Angles, en camping...on a tout ce qu'il nous faut à moins de 100km à la ronde. De toutes façons on ne voyage quasi pas hors pandémie, donc...Je crois que, comme souvent pendant les vacances, j'ai un peu tiré sur la corde et zappé de prendre du temps de repos pour moi. On ne se refait pas.

 

En 2020 j'ai fait beaucoup de sport. La course à pied à été à l'honneur pendant le confinement et les restrictions de l'automne, ainsi que mon appli Fizz'up que j'aime beaucoup. Quand c'était possible, j'ai bien nagé, fait du yoga et du sport en salle, ainsi que de l'aquabike.

 

Ma grande a eu son bac, son permis de conduire et validé sa semaine théorique du BAFA. C'est un peu difficile de trouver des stages en ce moment, j'espère qu'elle y arrivera avant cet été. Elle est la seule de la famille a avoir été confinée 2 fois cette année. Pour le second opus de l'automne, les garçons allaient à lécole et nous au travail comme si de rien n'était. Je crois qu'elle en a eu assez de ne pas pouvoir sortir à sa guise, voir ses amies...mais rester au lit avec ses cours en distanciel et regarder plein de séries ne lui a pas pesé.

 

Mes garçons ont passé beaucoup de temps ensemble à jouer, se disputer, on a fait moult jeux de société et créations diverses, cahiers d'activités etc. On n'a ni consoles ni jeux vidéos, et les dessins animés sont limités chez nous.
Sans oublier la cuisine et les gâteaux!
Ils ne semblent pas avoir souffert du tout de cette année un peu spéciale. Cromignon, 9 ans, s'est bien habitué au masque à l'école. Il en oublie de l'enlever en sortant. Polochon y coupe encore, peut-être l'an prochain si on en est encore là.

 

Je n'ai pas assez lu, par contre j'ai regardé beaucoup de séries avec l'homme. On est récemment passés sur Salto, et résilié Netflix. Ca change, et c'est français pour une fois.

 

La plus heureuse de tous reste notre chienne qui a eu plus de compagnie et de sorties, elle redemande du confinement.

 

Non décidément, je n'ai pas à me plaindre de l'année écoulée. J'espère que ceux qui ont souffert de la situation iront bientôt mieux, et que l'angoisse générale se calmera bientôt même si je n'y crois que moyennement.

 

Je te souhaite une bien bonne année 2021 qui sera, j'en suis sûre, pleine de surprises!

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2020 3 29 /01 /janvier /2020 07:08
Gloire et misère du dressing au yoga.

Drôle de titre?

Drôle de billet d'ailleurs, comme tu vas le voir. Je suis d'humeur moqueuse et j'ai envie de te faire partager mes réflexions yogi accumulées au fil des ans.

 

Je fais du yoga depuis une dizaine d'années, et j'adore. Ca me fait un bien fou et ça m'a également ouvert des horizons que je ne soupçonnait pas. Je ne peux que recommander à tout le monde de pratiquer le yoga.

 

Mais on ne se refait pas, et je suis d'un tempérament moqueur...il faut d'ailleurs avouer que certains tendent le bâton aussi, c'est pas ma faute!

Le yoga semble être un alibi certain pour utiliser des vêtements qui sont absolument immettables dans tout autre cadre, va savoir pourquoi. Le plus marrant c'est que ça passe crème.

 

Au yoga il y a la team pyjama. Vraiment, je te jure, certains viennent en pyj. Avec option dépareillé, haut rouge avec renne et père Noël qui clignotte, bas vert bouteille à pois jaunes. Autre option prisée par cette équipe, le haillon troué, détendu, râpé...ambiance légèrement clodo ou Zézette. Il paraît qu'au yoga, on est zen...de partout!

 

Il y a la team total look. Ceux-là vont au yoga, pas sortir les poubelles, et il faut que ça se voie. Tenue yogi des cheveux aux chaussettes, avec un vrai tapis de yoga indien ramené de Bangkok et des caleçons de yoga tous plus colorés les uns que les autres. Ces caleçons sont d'ailleurs étonnant car, pendant la pratique, j'ai remarqué que 9/10 deviennent transparents aux endroits qui étirent le tissu. Je te laisse imaginer de quels endroits il s'agit. Parfois en faisant un Salamba Sirsasana (je te laisse googler), mieux vaut ne pas relever la tête si tu as du monde devant toi. Ils ont des chaussettes yogi antidérapantes avec orteils découpés et tout le matos décath', de la sangle à la brique en passant par le repose-genoux. Attention, on n'est pas là pour rigoler!

 

Il y a la team qui se lâche. Cette team est quasi uniquement féminine, tu vas voir pourquoi. Elle est composées de nanas qui sortents les fringues de "sport" les plus sexy (ou qui se veulent telles) possibles. Brassières lacées au dos (tendance saucisson), mini shorts ultra moulants à strass, couleurs flashy style jaune fluo, enfin tout ce que tu peux imaginer sorti des pubs sexistes des magasins de sport est là. Sur une seule personne parfois! Les goûts et les couleurs, hein.

 

Il y a la team zen. On dirait qu'ils suivent un enseignement monastique. Tenues amples, en lin, beiges, épurées, avec des attrappe-rêves et des arbres de vie brodés. Souvent mal rasés, cheveux en bataille attachés à la va-vite (mais pas tant en fait^^). Evidemment, le look est travaillé pour montrer à quel point ils s'en fichent de leur aspect, ils sont zen et déjà dans la pratique rien qu'en s'habillant. Le yoga, le détachement du matériel, tout ça.

 

Et moi? Je dois bien me moquer de moi-même un peu quand même. Je suis en mode sport, je viens en général en jogging ou legging (non transparent même en me contorsionnant!), tshirt de sport et voilà. Je dois faire assez "maman qui arrive à l'arrache" du boulot et d'être allée chercher les enfants, car parfois j'ai un pantalon jogging et un tshirt/pull "normal" que je portais la journée au travail...les cheveux vraiment attachés en nimp en général et tellement crevée qu'aux 10 minutes de relaxation finales, je ronfle comme une tronçonneuse...

 

Et toi, tu es dans quelle yoga team?

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2020 3 08 /01 /janvier /2020 08:39
Mes 10 addictions sans conséquences...ou presque.

Addict, vous avez dit addict?

Présente!

Mais si, il fut un temps, j'avais quelques addictions néfastes, comme la cigarette, aujourd'hui mes lubies sont bien moins dangereuses.

 

J'en ai listées 10 mais je pense qu'il y en a d'autres...par périodes!

 

En ce moment, je ne vis pas sans:

 

  • Kakis. Je suis folle avec les kakis. Je peux en manger 10 par jour et plus même. Je vais me réapprovisionner tous les deux jours. Ca commence à couter cher d'ailleurs cette fringale permanente!

 

  • Séries. Les séries, c'est mon petit bonheur du soir, avec l'homme. Quand on en découvre une nouvelle, on est fous de bonheurs et à peine les enfants couchés, on se rue au lit pour notre épisode. Depuis quelques mois, on s'est aménagé une chambre vraiment confortable avec télé, lit de 160, petite bibliothèque et grand dressing. Si je pouvais, je ne la quitterais plus. Les inconvénients: il nous arrive de nous coucher bien plus tard que de raison, et impossible de décrocher quand on est à fond dans une série pour lire. On lit donc moins, et par périodes, entre deux séries.

 

  • Le sport. Je suis accro depuis une vingtaine d'années. Plus de 2 jours d'affilée sans sport et c'est l'angoisse, je ne m'en passe pas. Il n'y a pas beaucoup d'inconvénients, c'est une passion saine, mais parfois quand je suis fatiguée je me dis que lever le pied quelques jours me ferait du bien.

 

  • Les cosmétiques clean. J'ai commencé avec le nopoo et j'ai voulu tout essayer dans le domaine. Maintenant j'ai étendu ma passion à tout ce qui entre dans ma salle de bain. Je suis incollable, ou presque, sur les compositions, les marques, le greenwashing. Si, au début, j'ai dépensé pas mal d'argent par envie de tout essayer, aujourd'hui j'ai trouvé ma routine et je fais pas mal d'économies.

 

  • les achats d'occasion. Depuis longtemps maintenant, je suis fan des achats d'occasion. Nous sommes tous habillés d'occasion, et avant d'acheter quoi que ce soit ou presque, je cherche une occasion avant de prendre du neuf. Sur Ebay d'abord, puis Le boncoin, et Vinted, sans oublier les vides-greniers et fripperies, qui d'ailleurs ont le vent en poupe. Et comme j'achète, je renvends aussi quasiment tout! C'est écolo et économique, rien à redire et on peut facilement se faire des petits plaisirs pour quelques euros.

 

  • les feux de l'amour. Oui, je regarde les feux de l'amour. C'est mon seul vice. Ca fait 20 ans que je regarde...au début j'ai commencé pendant que je passais le CAPES. Je bossais dur pour mon concours, et je m'autorisais à la pause déjeuner une demi-heure de télé en mangeant. Il n'y avait encore aucun replay ni netflix donc...j'allumais la télé, à l'ancienne. Et à l'heure de ma pause, j'avais le choix entre Derrick et les feux de l'amour. Donc vu que Derrick ça me donne envie de mourir, je regardais les feux de l'amour. Et c'est vicieux, on veut savoir la suite, et puis c'est d'une efficacité pour se vider la tête! Et depuis je regarde encore, mais en replay.

 

  • les anniversaires. Je suis addict à souhaiter les anniversaires, faire plaisir, envoyer des cartes et des petits (ou gros!) cadeaux. J'adore ça, je planifie sur plusieurs semaines, voire mois, voire sur l'année, les anniversaires de mes proches et il est très rare que j'oublie ou que je sois en retard. Mon jeu favori: que la carte ou le cadeau arrive le bon jour!

 

  • les activités des enfants. Je suis convaincue que les activités, sportives, créatives, ludiques, des enfants sont très importantes pour leur développement, leur bonheur. Alors je ne dis quasiment jamais non à aucune activité, et parfois je paye ma fatigue à courir les accompagner partout. Mais quel bonheur de voir des étoiles dans leurs yeux, de les entendre me raconter leurs expériences.

 

  • les chats. Depuis que le chat de ma vie m'a laissée orpheline, je suis complêtement accro à tous les chats réels ou virutels qui croisent mon chemin. Je suis en manque de félins. On ne devrait pas vivre sans chat!

 

  • les robes. Depuis environ 1 an et demi, je vis en robe. C'est tellement plus confortable que les pantalons! Et comme je les achète d'occasion, je ne passe pas une journée sans aller mettre en favori une ou plusieurs robes sur Vinted. Dans ma fripperie favorite aussi, il n'est pas rare que je passe essayer (et emporter!) les robes qui me plaisent et sont à ma taille. Heureusement je ne stocke pas , j'ai lu Marie Kondo et le tri est devenu aussi une espèce d'addiction, donc je ne garde que celles qui me plaisent le plus: je revends ou donne les autres.

 

Je crois que je pourrais en lister encore une dizaine, finalement!

Et toi, des addictions?

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2020 4 02 /01 /janvier /2020 07:17
Hellocoton est mort, vive les blogs!

Voilà 4 mois qu'Hellocoton a fermé boutique, cette plateforme qui a suivi les débuts de beaucoups de blogs, et nombreux étaient ceux qui prédisaient un avenir sombre pour la blogosphère.

 

C'est vrai qu'ai eu, et que j'ai toujours du mal à suivre mes blogs préférés.

La Une me manque, et savoir quelle copinaute sera mise en avant, quel billet sera à l'honneur.

 

La découverte de nouveaux blogs est devenue pour moi une recherche à la petit poucet.

 

Mon blog a perdu pas mal de lecteurs aussi, en passant. Tous ceux qui y arrivaient via Hellocoton et qui, comme moi j'imagine, peinent à suivre sans.

 

Mais force est de constater qu'on est toujours là.

Je me suis mise à Feedly. Il permet assez simplement de s'abonner à des blogs et de suivre leurs publications. Mais ça ne va pas plus loin.De plus, comme il est en anglais, la prise en main peut s'avérer fastidieuse.

 

Après avoir récupéré à peu près toutes les adresses des blogs que je suis (je n'ai pas encore complètement fini!), j'arrive aujourd'hui à être à peu près à jour.

Mais je n'ai pas fait de jolies découvertes, et je ne surfe plus comme avant via les dossiers hellocoton sur des thèmes qui me plaisent.

 

Je ne blogue donc plus vraiment comme avant et j'avoue que si une autre plateforme ouvrait, j'en serais vraiment ravie...mais je me fait à mon nouveau fonctionnement et apparement les copinautes suivent aussi.

 

Et chez toi, ça se passe comment?

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2019 2 26 /11 /novembre /2019 07:32
It's a wonderful life.

Aujourd'hui est un jour comme les autres, je me lève à 7h04, je suis au travail à 7h45, puis la journée passe vite, je en m'ennuie jamais au boulot, ensuite je retrouverais mes petits garçons. Si la Pouillette rentre tôt, je pourrais aller au yoga car l'homme a un conseil de classe.

 

Quelques jeux de société et lectures entre 8h et 8h45, et ensuite dodo pour les petits avant de ranger et préparer le lendemain pour les grands. C'est mercredi demain, alors c'est plus cool les préparatifs, même s'il faut se lever tôt comme chaque jour.

 

Il y a quand même un petit truc qui change aujourd'hui, c'est mon anniversaire. Je m'éloigne dangereusement des 40. Je vais avoir des messages d'anniversaire un peu partout, en cette ère de la sur-communication. C'est sympa.

 

Vu le programme du jour, le gâteau ce sera demain je pense. Un gâteau qui ne sera pas mon préféré vu qu'il faut qu'il plaise aux enfants, et soit sans fruits à coque pour que la grande puisse en manger. C'est comme ça maintenant que j'ai des enfants, mon gâteau d'anniversaire ce n'est pas vraiment (que) pour moi.

 

On est loin de "la journée d'anniversaire de mes rêve" où je serais tranquille pépouze dans mon canapé avec petit dej au lit, sushis, séries, massage et rien à faire comme corvées ni personne à m'occuper. Mais soyons sérieux: cette journée lambda pour moi serait une journée de fête pour beaucoup. Je ne pense pas que parce qu'on n'est pas le plus malheureux, parce qu'il y a pire, on n'ait pas le droit de ne pas être satisfait, d'avoir des soucis, de se plaindre. Mais il faut quand même savoir raison garder et voir le verre plein, plein.

 

Cette fois, peut-être est-ce l'âge qui apporte la sagesse, faut bien qu'il apporte autre chose que l'arthrose et la presbytie celui là, je me sens...bien. Très bien même. Enfin, après tout ce temps, je n'attends pas d'^tre traitée en princesse aujourd'hui, je ne suis pas déçue du coup et tout ce qui vient est pur bonus.

 

Certes je ne vis pas dans la maison de mes rêves. Mais putain, j'ai une maison, assez grande pour tous nous abriter confortablement, avec un jardin et un chien. What else.

 

Certes je ne suis pas parfaite, mais j'ai un bon travail qui me plaît, 3 diablotins en bonne santé et épanouis, un corps correct qui fait le job et me convient grosso modo, et un chien. Je vais mettre de côté pour les injections parce que les rides de sorcière au dessus des lèvres ça ne va pas être possible, mais le reste ça va: j'encaisse.

 

Certes je ne suis pas riche et il y a peu de chances que ça arrive un jour, mais on paye nos factures, nos prêts, les activités des enfants et même quelques "luxes" au regard de la moyenne de la population.

 

Certes je n'ai pas de famille ni de relais "naturels", mais celle que j'ai créée est super et mes amis sont formidables et en tiennent lieu, bien mieux que la vraie. Après tout, je les ai choisis. Et je ne regrette rien. Keurkeurlove sur vous qui vous reconnaitrez.

 

Certes je n'ai pas (encore?) réalisé quelques rêves, certains resteront sans doutes des rêves d'ailleurs, mais c'est bien aussi d'en avoir. A quoi rêver si tout est exaucé? Un peu de nostalgie aussi c'est sympa. 

 

Certes je suis parfois longue à la détente pour comprendre comment marche le monde mais finalement je comprends, c'est mieux que l'inverse. Non? 

 

Certes j'ai parfois du chagrin, du mal à lâcher prise, à laisser certaines personnes qui comptent pour moi s'éloigner, à accepter certaines choses que je ne peux pas changer. C'est aussi ça qui fait qu'on se sent heureux dans les situations inverses.

Et quel bonheur et quel soulagement quand j'y arrive finalement. Comme avec cette fucking journée d'anniversaire.

 

Certes je ne suis pas toujours contente de moi, des autres, de la vie. Mais maintenant c'est de plus en plus rare. Moins exigeante, je me sens bien même dans des situations non optimales. Ou alors, j'y travaille.

 

Bref, c'est mon anniversaire et la vie est belle.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 juin 2019 3 19 /06 /juin /2019 07:08
On est responsables de nos émotions.

Drôle de titre, je trouve, non?

Ce billet, j'ai envie de l'écrire à la fois pour moi, pour poser ce que j'ai appris sur la question des émotions et des responsabilités; et aussi pour qui sait, partager un peu tout ça.

 

J'ai commencé à m'intéresser au développement personnel, sans pour autant y plonger tête baissée (mais ça c'est une autre histoire dont je te parlerais peut-être une autre fois), il y a quelques année quand j'ai découvert RIE.

 

En apprenant comment fonctionnent les émotions des enfants, j'ai aussi appris beaucoup sur les adultes. Donc, sur moi. Enfin si on considère que je suis adulte, huhu. Ce qui est un autre débat.

 

Bon, d'abord, un petit rappel succinct: les émotions, qu'est ce que c'est?

 

Les émotions sont des signaux qui indiquent qu'un besoin est satisfait ou non. Il y a 6 émotions dites primaires: la peur, le dégoût, la joie, la surprise, la colère, la tristesse. Nous les partageons avec les autres mammifères d'ailleurs. Ce qui me conforte encore plus dans l'idée de ne pas les manger, (mais c'est encore un autre débat).

Crois le ou non, les émotions, c'est vie: au premier degré aussi. Elles nous ont permi de rester vivants: sans peur du danger, nous serions tous victimes de vilains accidents par exemple.

 

Bon c'est en gros et vite fait, hein. Je ne suis pas neurologue.

 

Après avoir longtemps tenté de les camoufler, de les dompter, voire de les éliminer, les humains de notre société commencent à comprendre que les accepter est une meilleure idée. Ce qui n'est, pour une fois, pas con à mon avis, pour une idée humaine.

 

Si elles sont difficiles à étudier, à cerner, c'est en grande partie parce qu'elles sont subjectives. Et on en vient à mon propos. Elles sont subjectives. Propres à chacun.

Leur apparition, la force de leur manifestation, ce qu'on en fait: subjectif, propre à chacun.

 

Déjà, comprendre que nos réactions à nos émotions nous appartiennent est un sacré pas en avant. Je m'explique.

 

Si tu as peur, ou si tu es triste, ou si tu es en colère, et même si quelqu'un ou quelque chose a déclenché cette émotion volontairement, ce que tu fais sous son emprise est de ta responsabilité. En aucun cas la tierce personne n'est responsable de ton comportement, de ce que tu vas faire avec cette émotion. Ton cerveau, ton corps, ton acte.

 

Les exemples sont nombreux et quotidiens: répondre à la violence par la violence est un choix. Frapper une personne qui t'a insulté n'est pas une obligation. Humilier quelqu'un qui t'a fait peur est évitable. Frapper ton conjoint parce que tu es en colère parce qu'il a joué sa paye au loto (et a perdu!) n'est pas pour autant excusable.

Etc.

Tu saisis?

Les femmes battues sont les victimes quotidennes (et celles qui sont tuées, une tous les deux jours) du fait que leur conjoint leur rejette la responsabilité de leur colère.

 

Et pourtant: les émotions sont subjectives donc. Si nous éprouvons tous de la colère, nous n'en n'éprouvons pas forcément autant face au même évenement. Et nous n'allons pas tous réagir de la même façon. Accepter d'être responsable de ses actes, même sous le coup d'une émotion qu'on estimera être provoquée par un tiers, c'est déjà énorme et loin d'être acquis pour beaucoup.

 

Allons plus loin: le fait que tu ressentes cette émotion t'appartient, quel qu'en soit le déclencheur. Sisi.

Un même événement ne provoquera pas non plus la même émotion avec la même intensité chez chacun. Le fait de resentir de la joie, de la tristesse, face à une expérience, est personnel et subjectif.

Subjectif on a dit, donc de sa propre responsabilité.

 

Ainsi, on ne devrait pas rendre responsable un tiers (et encore moins son enfant) de nous avoir mis en colère, la colère est l'émotion que nous ressentons, pas qu'on nous a envoyée. "Tu m'as mis en colère!" "Je t'ai frappé/puni/insulté...parce que tu m'as mis en colère!", c'est bullshit. La colère est à toi et nul ne te l'a implantée. Ton cerveau l'a produite. Ainsi certains seront plus colériques, donc susceptibles de ressentir de la colère, que d'autres.

"Tu me culpabilise!" "Tu me fais pleurer!" ...qu'est ce qu'on le dit, qu'est ce qu'on l'entend...

 

Evidemment certains stimulis déclenchent des émotions fortes de façon universelle, mais on est tout de même celui qui la crée. Elle ne vient pas d'ailleurs que de notre cerveau. Si les mêmes ressorts provoquent chez tous la même émotion, comme le savent bien publicitaires, journalistes et autres pros du marketing, ils n'ont pas à prendre le contrôle de nos cerveaux et encore moins de nos actes.

 

Il est si facile ee rendre les autres responsables de nos mal-êtres et de nos mauvaises actions, mais on peut aussi décider de ne laisser à personne la possibilité de nous manipuler. Mettre sur le dos des autres ce qu'on refuse d'assumer, ça peut nous faire sentir mieux ponctuellement mais est-ce vraiment une solution pour avancer, être plus heureux? Je ne pense pas.

Bien sûr on ne va pas devenir un pro du self control, mais réfléchir à la question n'est-ce pas une bonne idée?

Se dédouanner, est-ce bon pour nous? Refuser ses responsabilités, est-ce-que ça va améliorer notre situation? Rejetter nos émotions et notre comportement sur un tiers, est-ce-que ça nous permet d'avoir des relations saines et appaisées?

En prenant un peu de recul, on peut réussir trouver des solutions pour mieux gérer ce qu'on ressent et ce qu'on en fait.

 

Je ne cherche pas à me transformer en maître zen, mais à m'améliorer. Même si nos comportement sont loin d'être toujours parfait, surtout en période de surmenage, de fatigue, face à nos enfants également fatigués ou à des adultes désagréables voire carrément hostiles, quand nos besoins ne sont pas satisfaits, on peut essayer de prendre du recul,  de ne pas aller trop loin et surtout ensuite d'apporter réparation à ce que nous avons pu faire. Ainsi on accepte la responsabilité de nos actes.

 

On peut essayer de pratiquer la CNV et particulièrement le "message-je" surtout en état de colère, de surprise, de tristesse: au lieu d'accuser l'autre "tu me mets en colère", tentons de commencer nos phrases par "je": "Je me sens en colère, je n'aime pas que...".

 

Après-coup,  sans se culpabiliser, on peut réfléchir à ce qui s'est passé et à comment on aurait pu mieux réagir, prendre plus de recul pour ne pas se sentir aussi submergés, aussi mal.

Pas facile du tout, mais c'est une petite gymnastique qui finit par devenir de plus en plus naturelle, et j'en connais qui sont quasiment au top de la discipline!

 

Alors, on essaye?

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Le Blog Des Petits Diables

  • : Petits Diables
  • : Ancienne parisienne partie au bout de la France, je raconte mon petit bout de chemin. A la maison, nous sommes 5, Polochon, le Cromignon, la Pouillette, l'homme et moi. Ca en fait des histoires! Adepte du portage, des couches lavable, de l'éducation non-punitive, du no-poo, des cosmétiques clean, maman allaitante mais pas militante, randonneuse dans l'âme et dans les pieds, et plein d'autres trucs encore...
  • Contact

Parrainage Le Closet

Pour ta première box Le Closet offerte, c'est par ici!

Recherche Sur Le Blog

Parrainage Igraal

Pour gagner du cashback sur Igraal, c'est par ici!