Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 06:40

 

DSCF0740.JPG

 

 

 

 

Vendredi dernier, c'était carnaval à la crèche.

Pour l'occasion, la grande salle était occupée: tables, bonbons, gâteaux, boissons, musique...


Les enfants étaient déguisés...


On m'aurait dit que le Cromignon de 18 mois, dont c'était le premier carnaval en tant que participant, allait se laisser maquiller tout sagement, avec fierté même...

 

On m'aurait dit qu'il danserait et courrait partout en mangeant des bonbons (!!!!!!)...


On m'aurait dit qu'il bomberait le torse avec son costume de pirate...

 

Je n'y aurait pas cru!

 

DSCF0734

 

Et pourtant c'est exactement ce qui est arrivé.

Ce fut sa première "fête".

 

Il ne voulait plus partir, nous étions dans les derniers.

 

Mon petit coeur a fondu de le voir si heureux, si petit mais si grand.

Si fier de lui, de participer.

Si sérieux dans ses jeux.

 

Un vrai petit homme!

 

DSCF0754.JPG

 

J'ai vu qu'il grandissait, mon Cromignon, c'est presque un petit garçon!

DSCF0752.JPG

 

C'est mon quoi de neuf les Loulous? Pour Anaïs et Maman Poussinou.

Partager cet article
Repost0
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 07:28

Tu peux lire les deux premiers épisodes ici et .

 

J'étais épuisée. J'avais tenté de pousser sans succès. La Pouillette ne descendais pas. Tout à coup, la SF a appelé le gynéco, qui est arrivé en trombe et a dit "on monte au bloc!".


Je n'ai pas compris ce qui arrivait. J'avais saisi que ça clochait, mais je ne savais pas...je ne sais plus qui m'a dit "le bébé souffre, il va mal, on doit ouvrir".

"Ouvrir"?


Ah oui, ouvrir mon ventre, bien sûr!


Comprends moi bien: j'étais jeune, j'avais passé une super grossesse, je n'avais pas du tout abordé le sujet de la césarienne et encore moins celui de la souffrance foetale, et pour moi, la mort était une chose impossible.


Et là, j'ai compris que chaque minute comptais, que mon bébé allait mal, qu'il fallait la sortir vite, que j'allais payer de ma personne pour ça.


J'ai pleuré de peur et d'impuissance.

J'ai pleuré car j'étais dépassée.

Je ne pouvais rien pour mon bébé. Quelle horreur de savoir qu'en moi, elle allait mal! Mon ventre était censé être son abri, pas son tombeau.


De l'opération je ne garde qu'un souvenir confus, je crois que la dose de péri suivie de peu par un autre machin qui m'a endormi le corps jusqu'au cou m'a complètement shootée.

 

Je me souviens d'avoir déliré, d'avoir eu l'impression qu'une grande violence se déchaînait derrière le rideau. Je disais n'importe quoi, et l'anesthésiste a du m'attacher les bras dans les gouttières pour me les maintenir en croix.


Je ne me souviens pas du premier cri de la Pouillette. J'ai dû perdre connaissance à quelques reprises.

albator.jpg

*crédit photo

 

Contrairement à plusieurs nanas dont j'ai lu et entendu les témoignages, je n'ai pas l'impression d'avoir raté mon accouchement, d'avoir été dépossédée de quelque chose, d'avoir essuyé un cuisant échec.


J'ai eu l'impression d'avoir été sauvée, et ce n'était pas qu'une impression. Ma Pouillette et moi avons été sauvées, et elle aurait pu mourir, dans mon ventre, sans pouvoir sortir.


Je me souviens de cette bouffée d'amour fou quand je l'ai vue. Cette quantité d'amour énorme que je ne savais pas avoir en moi. 

Ça m'a submergée, un vrai coup de foudre, bien plus fort que tout ce que j'avais pu ressentir avant.


Aujourd'hui encore j'ai une énorme reconnaissance pour l'équipe médicale qui était là. Ils ont agi au mieux, ils ont pris soin de moi et de mon bébé. Ils ont assuré. Ils ont été adorables.

Je n'étais en rien préparée à vivre une césarienne d'urgence, ce fut une sacrée épreuve. 


Quand j'ai repris mes esprits, ma Pouilette était sur moi, tétant avec toute l'ardeur se sa petite bouche, et c'était merveilleux.

 

J'en garde ma cicatrice, comme ma blessure de guerre.

Je l'aime, cette cicatrice, comme un souvenir, comme une preuve.

 

Et toi, ton accouchement?

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 07:18

Tu peux lire la première partie ici.

 

Je suis méthodique.

Je fais une chose après l'autre.

Donc j'ai respiré et j'ai agi dans l'ordre: appeler la mater. Ils m'ont dit de venir dans l'heure qui suivait, grosso modo, sans paniquer.

Masque-capillaire.jpg

*crédit photo

Pas moyen d'aller accoucher avec un masque capillaire et les cheveux gluants.

Je suis donc allée me doucher et me laver les cheveux. Le tout sans paniquer, c'est fou, non? Aujourd'hui encore je m'épate moi-même. Nan sans rire, je m'épate sur ce coup-là!

 

Dans la douche j'ai commencé à avoir des contractions, expérience intéressante, car je n'avais pas la moindre idée de ce que ça pouvait bien être.

Pendant ce temps la poche des eaux continuait à se vider pépère.

 

Vu que j'étais un peu poilue, j'ai décidé de me passer un petit coup de rasoir, histoire d'exhiber en l'air des jambes impec, tant qu'à faire.

En sortant de la douche, j'ai mis 25 always, trempées dans la minute...et j'ai continué à inonder mon appart.


Je me suis habillée et j'ai mis du mascara.

Ben oui, si tu me connais un peu, tu sais que je ne sors pas de chez moi sans mascara, même pour aller accoucher.

Évidemment, j'ai mis du waterproof: je me doutais bien qu'il y avait des chances pour que je pleure, en ce dimanche pas comme les autres.


Je suis organisée, hein!


J'ai pris ma valise, et puis j'ai sauté dans la voiture.

Je crois que le père de la Pouillette était plus paniqué que moi.

J'ai trempé le siège de la panda.


Il y avait des bouchons sur le périph, mais rien d'extraordinaire, et je suis arrivée une heure et demi après la rupture de la poche des eaux, toujours pas paniquée, toujours sans vraiment souffrir. Toujours sans comprendre.


J'avais beau me dire que selon toute vraisemblance, dans quelques heures un bébé serait dans mes bras, cette idée me semblait totalement incongrue.

J'ai trempé le couloir de la clinique (il y en a de la flotte là-dedans!).


Examen de la sage-femme: "mais vous êtes dilatée à 8!".

Ah bon, j'ai rien senti!


Passage en salle de travail, et début de l'attente. La sage-femme est venue me demander si je voulais la péri. N'ayant pas vraiment mal, j'ai refusé.


Et puis j'ai attendu. Les contractions sont devenues un peu plus fortes, puis de plus en plus fortes. J'ai été, comme toujours, une bonne élève: j'ai fait du ballon, j'ai marché...la SF me disait qu'il fallait faire descendre le bébé, qu'il était encore haut.


Puis j'ai commencé à souffrir. Je me suis allongée. Le col était totalement dilaté depuis un bon moment, mais le bébé ne descendais pas.

J'avais de plus en plus mal, les contractions étaient si violentes qu'elles moulaient la forme de la Pouillete en moi. C'était assez effrayant de la voir comme ça, un peu comme un alien, dans mon ventre.

bebedans-le-ventre.jpg

*crédit photo


J'ai demandé la péridurale. J'ai eu la chance que l'anesthésiste arrive très vite.

Et, alors qu'avant j'appréhendais cette aiguille si longue plongée dans ma colonne vertébrale, je crois bien que j'ai pas réfléchi une seconde à ça en tentant de garder l'immobilité tandis qu'il me l'enfonçait dans le dos.


C'était le soir de l'arbre de Noël de la clinique. Je connaissais bien une des auxiliaire de puériculture, puisque c'est la mère de V.

Elle était donc là, avec son fils, et venait de temps à autres voir comment j'allais. Elle me connaît depuis que j'ai 6 ans. Et j'ai compris que ça allait mal quand, au vu du monitoring, elle n'a pas répondu à ma question "est-ce que tout va bien?", et a pâli.


La suite...demain!

 

Partager cet article
Repost0
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 06:08

cesarienne.jpg

* crédit photo

 

Ma première grossesse s'est bien déroulée. Passé les 3 semaines de nausées du deuxième mois, ce fut tranquille.

J'ai continué à vivre ma vie, à sortir, à voyager. Je n'étais pas inquiète. 


Comme je suis d'un naturel sautilleur et actif, j'ai tout de même été arrêtée de travail à 6 mois (j'avais trop sautillé au travail), mais j'ai continué à vivre ma vie: copains, bouffes, cinés...


J'ai bien été à tous les cours de prépa accouchement, et c'est très bizarre...je n'avais pas peur de l'accouchement!

Je dois être la seule nana comme ça, non?


Je n'avais pas peur, et c'est toujours le cas, parce que le déroulement de cet évènement n'est pas de mon ressort. Je ne le contrôle pas. De plus, vu que je n'avais jamais accouché, je ne savais pas à quoi m'attendre...


Et je suis d'un naturel à ne pas avoir peur avant d'avoir mal. J'avais entendu des récits d'accouchement terribles, d'autres parfaits...donc je savais que le panel des possibilités était vaste. J'ai préféré voir venir plutôt que de paniquer en avance.


Deux semaine avant le terme, je n'arrivais toujours pas à intégrer le fait que j'allais accoucher, je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre.

 

C'était un dimanche. Je me suis levée, jai posé un masque artisanal sur mes cheveux (huile d'olive-jaune d'oeuf-miel). J'ai traîné devant la télé, puis j'ai commencé à passer l'aspi, en chemise de nuit.

Je me suis sentie fatiguée, et je me suis remise devant la télé.


Tout à coup, j'ai ressenti un truc indescriptible: comme si le bas de mon ventre lâchait. J'ai ressenti le bruit "crrraaaac"!

Pas entendu, mais senti, dans mon ventre. C'était très étrange, et flippant.


Je me suis relevée d'un bond du canapé, et j'ai senti un liquide chaud couler le long de mes jambes. Un liquide très abondant. J'ai filé aux WC, et ma première pensée fut "voilà que je me pisse dessus maintenant!"


Voyant que ce liquide coulait à flot sans que je n'y puisse rien, je me suis dit qu'il y a avait deux options: mon périnée avait lâché et j'allais passer ma vie avec une sonde urinaire ou une couche.

Ou je perdais les eaux, ce qui signifiait que...j'allais accoucher! Bordel!

choc.jpg

*crédit photo


Malgré les 8 mois et demi de grossesse derrière moi, je n'étais absolument pas préparée à ça!


 

La suite...demain!

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 15:00

J'avoue que je n'aurais pas tenté la peinture avec le Cromignon aussi rapidement mais...à sa garderie, et à la crèche, ils l'ont fait dès ses 14 mois!


Les oeuvres cromignonesques sont très chouettes, qu'en penses-tu?

DSCF0430.JPG

Il y a de la recherche, non? 


Évidemment ce chef-d'oeuvre trône dans mon salon!


A la maison, on s'est mis assez récemment au dessin avec lui, et encore plus récemment, aux gommettes (merci M.!).


Et c'est également plutôt réussi:

DSCF0428.JPG

En tous cas il adore et nous réclame très souvent feutres et consort!


C'est mon Quoi de neuf les Loulous? Pour Anais et Mamanpoussinou

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 19:15

DSCF0288.JPGLe week-end dernier, nous sommes partis deux jours et deux nuits en montagne. Dans la station de ski Pyrénées 2000, qui se trouve à 1h30 en voiture de chez moi. Quelle chance, tout de même de vivre à Perpignan!


C'était pour nous beaucoup de premières fois en même temps: premières petites vacances avec le Cromignon, première fois que le Cromignon découchait, première fois que je retournais skier depuis ma grossesse, première fois que nous ne skierons pas ensemble, l'homme et moi, et première fois que la Pouillette skierait avec nous, première fois que le Cromignon verrait la neige.


Plein de premières!


Le Cromignon a facilement découché: pas de soucis pour dormir dans une autre chambre, dans un autre lit, et sans son mobile. J'avais un peu peur qu'il ne s'y fasse pas, mais ce fut sans douleur.


DSCF0330.JPG

 

J'ai tellement aimé pouvoir skier à nouveau! J'adore le ski, c'est vraiment un sport qui me fait sentir vivante, qui me permet d'être à fond et de tout oublier.

3 années sans, ce fut frustrant. Je préfère largement me priver de vacances d'été que de ma semaine de ski!

Pourtant, je suis loin d'être une très bonne skieuse, et j'admire ceux qui descendent les pistes sans effort, avec un style impeccable!


Nous nous sommes donc relayés, avec l'homme, pour skier. L'un faisait de la luge avec le Cromignon, puis gérait repas et sieste, pendant que l'autre allait skier avec la Pouillette. Et le lendemain, nous avons inversé. Ce ne fut pas désagréable, même si j'aime beaucoup skier avec mon cher et tendre.


DSCF0338.JPG

 

Skier avec la Pouillette...ce fut une révélation! J'ai vu mon petit bébé si grande, fière et indépendante avec ses skis! Capable de prendre ses décisions, capable de sortir un peu de la piste pour passer entre les sapins, capable de décider si c'est le bon moment pour partir ou s'il vaut mieux attendre...ma toute petite a tout d'une grande!

Il a bien sûr fallut l'attendre pas mal, elle est encore mal assurée avec la vitesse. Mais dans un ou deux ans elle me suivra sans problèmes! C'est juste...fou!


DSCF0297.JPG

 

Le Cromignon et la neige: il est resté perplexe! Il n'a pas manifesté grand-chose devant cette matière froide et humide. Tout juste un peu de curiosité.

Le samedi, j'ai passé une heure et demi à faire de la luge avec lui. Il est resté très stoïque, ne riant pas, ne pleurant pas.

Mais j'ai su qu'il appréciait car, après chaque remontée de luge, il filait s'asseoir à l'intérieur pour glisser de nouveau!


Quelques points négatifs cependant: la neige avec un bébé de 18 mois à peine, c'est déjà un sport en soi. Quand tu as fini de lui mettre tout son attirail de lutte contre le froid, tu as juste envie de te recoucher!

 

C'est mon Quoi de neuf les Loulous, pour Anaïs et MamanPoussinou!

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 07:27

Depuis que mon Cromignon va dans sa nouvelle garderie, il a une lubie. Là-bas, ils écoutent des chansons, et notamment Chantal Goya. Purée, ça date! Mais ça marche toujours.

Donc, ils écoutent le générique de ce dessin animé : "Bouba, mon petit ourson".


Le Cromignon passe sa journée à nous réclamer cette chanson. Je crois qu'il est mono-maniaque. J'ai bêtement cédé, et depuis, sur mon PC, Youtube balance en boucle cette atrocité, avec clip niais en prime. Et le Cromignon est ravi. Sauf que du coup j'ai ça dans la tête toute la journée...


Ce qui m'a permis de penser aux paroles. A leur sens. Car elles ont un sens. Et crois-moi, c'est pas joli-joli!!!


bouba.jpg

Il a l'air mignon comme ça...méfie-toi...

 

 

"Bouba, Bouba, mon petit ourson, 

Pourquoi "mon", d'abord? Je ne connais pas cet ourson, il n'est pas à moi!

 
Tu roules et tu glisses sur la blanche, blanche, neige.

Jeu dangereux. De plus la répétition de "blanche" me fait penser que "neige" n'est là que pour détourner l'attention...apologie de la drogue? Bouba serait-il un toxico?

 
Bouba, Bouba, fais bien attention
De ne pas t'éloigner du chemin de ta maison.

Pourquoi cet ourson, manifestement jeune, est-il dehors seul s'il risque de s'égarer? Ses parents doivent également être toxicos.

Dans la nuit noire et glacée à côté de ta soeur Frisquette,
Tu dors et tu dois rêver que tu es le roi de la fête.

Cet ourson est d'une vanité et d'un égocentrisme terrifiant. Un vrai enfant-roi. Ce qui explique sa toxicomanie!

 
Amandine, ta maman tremble de peur, elle s'inquiète
Et toi dans ton canoë, avec moi tu chantes à tue-tête.

C'est monstrueux. Il s'en fiche totalement de l'inquiétude extrême de sa maman, il s'éclate dans un canoë alors que sa mère fait des crises de panique car elle ne sais pas ce que fait son enfant. Sale gosse!

 
Bouba, Bouba, mon petit ourson,
Tu fais la joie et l'admiration de ta famille.

C'est énorme. Cet Ourson a pourtant bien une soeur, amis elle apparaît comme quantité négligeable au sein de cette famille. Sexisme? Je dirais que Bouba est l'enfant-roi du fait qu'il est un garçon, et que sa soeur est tout au plus un faire-valoir pour lui. C'est ignoble. De plus, qu'il fasse l'admiration de sa famille malgré ses frasques, c'est tout simpelment honteux!

 
Bouba, Bouba, mon petit garçon,
Tu cours et tu vas à travers les champs et les bois.

A la recherche de champignons hallucinogènes, je parie! Drogué!

 
L'oncl'Emile, Forestier John et surtout Taclahoma,
Te font des cadeaux princiers que tu gardes pour ton papa.

Ce sale gosse recycle les cadeaux! Tout d'abord les proches encouragent le côté "enfant-roi" de Bouba en lui faisant des "cadeaux princiers". Pourquoi? Seriat-il violent, sous l'emprise de la drogue? Du coup, l'entourage cherche à s'attirer ses bonnes grâces en le gâtant.

Mais loins d'être reconnaissant, Bouba offre ensuite ledits cadeaux à son père, c'est vraiment minable!


Joy t'aime beaucoup tu vois, elle pleure quand tu n'es pas là
Et Moy le petit indien restera ton meilleur copain.

Encore une fois, Bouba nous montre sa cuauté. Malgré le fait que Joy en arrive à pleurer quand il n'est pas là, c'est tout de même Moy qui se voit décerner le titre de meilleur copain, sans doute exprès pour la faire pleurer! Quel sale gosse!


Bouba, Bouba, le petit ourson,
Est revenu s'endormir un soir près de sa mère.
Bouba, Bouba, a fait attention
De ne pas s'éloigner du chemin de sa maison.

Et voilà, comme souvent les jeunes toxicos, il est revenu se refaire une santé chez lui, taper du pognon à ses parents, avant de repartir en virée!


Heureusement, le Cromignon ne comprend sans doute pas encore les paroles, car ce n'est vraiment pas un exemple pour nos enfants, ce Bouba!

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 20:38

Alors que les marchés de Noël ferment tous leurs portes vers le 2 janvier, la jolie ville du Barcarès, sur la côte, a eu la bonne idée de le prolonger pendant tout le mois de janvier.


J'ai donc pu y emmener le Cromignon et la Pouillette, et nous avons eu un peu l'impression d'être encore en décembre, et d'attendre le Père Noël.

 

DSCF0200

Il y a plusieurs jolies vitrines de Noël, le Cromignon est resté baba devant toutes ces peluches animées!

 

DSCF0204

 

 

Il y a une patinoire: l'homme et la Pouillette s'en sont donné à coeur joie. En plus, il faut savoir que les joies du patin sont  rares ici, la patinoire la plus proche est à Narbonne. Avant, à Paris, nous allions de temps en temps patiner, il y en a plusieurs.

Mais depuis que nous sommes à Perpignan, fini le patin! J'avoue que j'aurais bien aimé patiner un peu aussi...Mais être mère, c'est aussi courir après son Cromignon!

 

DSCF0237.JPG 

C'est très sympa ces petits sièges glissants! J'aurais bien mis le Cromignon sur les genoux de la Pouillette pour qu'il essaye, mais elle n'était pas trop motivée...

 

 

 

DSCF0224.JPG

 

Le Cromignon a adoré les grands ours, il leur a même fait des câlins!

 

DSCF0219.JPG

 

De la neige carbonique, of course, la neige qui tiens au Barcarès, c'est une fois tous les dix ans...

 

Une sortie bien sympa, et un petit reste d'esprit de Noël dans l'air...

 

 

Et pour toi, Noël, c'est fini?

 


 

C'est mon Etre mère pour Babidji!

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 18:38

Depuis que je vis dans notre nouvelle maison, j'ai remarqué que la quantité de pub, de prospectus, à monstrueusement augmenté. Chaque semaine, je reçois des dizaines de magazines des tous les magasins environnant, me vantant les prix du rôti de dinde ou du café Grand-Mère.


Jusqu'ici, je les feuilletais distraitement, au cas où je voie passer une bonne affaire, puis poubelle (en pensant aux pauvres arbres...).


Un jour le Cromignon s'en est emparé...et voilà ce que ça a donné!

 

DSCF0046

 

DSCF0040.JPG

 

DSCF0044.JPG

 

DSCF0053.JPG

 

DSCF0049-copie-1.JPG

Au final, il a été sympa, il les a tous mis sous le canapé!

 

Du coup j'ai enfin trouvé une utilité à tous ces magazines! Après feuilletage, je les refile à mon destructeur maison, qui s'éclate avec pendant une heure!


C'est pour Simplement Moi et Labonoccaz!

 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 08:33

Comme je te le racontais ici, ma Pouillette a eu dix ans. Le week-end en question, nous avons donc fêté ça, cependant sans les copines. Pour sa fête avec ses amies, j'ai réservé plusieurs semaines en avance un anniversaire chez Royal Kids, une salle fermée avec des jeux gonflables, tu connais le concept, j'imagine.


DSCF9882.JPG

 

La Pouillette y avait déjà fêté ses 9 ans l'an dernier, et en était ravie. J'ai donc remis ça, sachant que ça ne revient au final pas beaucoup plus cher que de le faire chez soi, les emmerdes en moins.

Croyais-je.


Il y a deux mois, quand j'ai réservé, j'ai eu l'idée saugrenue de le faire en décembre. Ma Pouillette étant née mi-décembre, vu que les vacances commencent juste après en général, nous avions l'habitude de faire la fête avec ses amis en janvier.

Mais cette année, les vacances ont commencé plus tard que d'habitude. La Pouillette m'a dit: "Maman, on peut faire ma fête d'anniversaire juste après, cette année!".

Et je n'ai pas vu lepiège...


Chez Royal Kids, ils ont plusieurs formules d'anniversaire. Celle qui correspond à l'âge de la Pouillette, c'est de 17h30 à 20h30. Les mardi, vendredi, ou samedi soirs.

J'ai opté pour le mardi soir. Pas d'école le lendemain, donc, pas de soucis?

Non?

Encore un piège!


Les invitations sont parties, évidement comme toujours les gens n'ont pas prévenu de la présence ou de l'absence de leurs enfants dans les temps, mais la veille ou le jour même (il n'y a que moi à qui ça arrive? Tous les ans?).


Mais surtout, mon plan d'organisation est tombé à l'eau.


Mon plan: L'homme garde le Cromignon à la maison, je gère l'anniv'. Cool, donc, puisque les enfants jouent entre eux, j'avais prévu un magazine, et de me prendre un coca...


La réalité: L'homme a une réunion parents-profs. Le Cromignon a une bronchiolite, ce qui le rend fort peu amène. J'ai du l'emmener juste avant l'anniv' chez le kiné. J'ai du récupérer 3 copines de la Pouillette en chemin. Je me suis tapé une heure d'embout', pendant laquelle le Cromignon a hurlé sans discontinuer.

On est arrivés une demi heure en retard. Les parents étaient furax. J'ai lâché les 8 enfants, et j'ai tenté d'occuper le Cromignon. Épuisé, il n'a pas voulu jouer, ni manger, ni téter, ni boire, ni dormir. Il n'a voulu que hurler. Pendant les 3h (que c'est long 3h!!!) je l'ai baladé en sling et en poussette, j'ai tout tenté, rien à faire.

J'ai erré lamentablement entre les tables, sous les yeux des autres parents apitoyés, tentant de calmer mon Cromignon au milieu d'un vacarme de cris et de hurlements venus direct de l'enfer, je crois.

J'ai fini cet épisode dans un état d'épuisement que tu peux imaginer...


Mais ce n'était pas fini, diantre! Je les ai bouffés, les 10 ans de la Pouillette!


Le lendemain, mercredi donc, si tu suis, nous avions offert à la Pouillette un cours d'équitation (merci Groupon!). A 40 minutes de voiture.

Jusqu'ici tout va bien, mais il fallait aussi emmener le Cromignon chez le kiné, puis poser la Pouillette à sa gym, sans parler de son CMEJ du mercredi matin...


DSCF9806-copie-1.JPG

 

La séance de poney fut excellente pour la Pouillette, folle de joie. Mais pour moi, ce fut une heure  à attendre, dehors, dans le froid et sous la bruinasse. Avant d'enchaîner sur la suite du mèrathon du jour. Le tout avec un Cromignon qui s'époumonait à force de tousser.


Tu vois pourquoi le jeudi j'étais malade?

DSCF9849-copie-1.JPG

Le principal c'est que la Pouillette ait adoré son anniv', certes, mais je m'en souviendrais, de ses dix ans!

 

C'est mon Quoi de neuf, les Loulous? Pour Anaïs et MamanPoussinou!

Partager cet article
Repost0

Le Blog Des Petits Diables

  • : Petits Diables
  • : Ancienne parisienne partie au bout de la France, je raconte mon petit bout de chemin. A la maison, nous sommes 5, Polochon, le Cromignon, la Pouillette, l'homme et moi. Ca en fait des histoires! Adepte du portage, des couches lavable, de l'éducation non-punitive, du no-poo, des cosmétiques clean, maman allaitante mais pas militante, randonneuse dans l'âme et dans les pieds, et plein d'autres trucs encore...
  • Contact

Parrainage Le Closet

Pour ta première box Le Closet offerte, c'est par ici!

Recherche Sur Le Blog

Parrainage Igraal

Pour gagner du cashback sur Igraal, c'est par ici!